Le monnayage de la Grande Mademoiselle, princesse de Dombes et cousine du Roi Soleil

ANNE-MARIE LOUISE D’ORLEANS DE BOURBON-MONTPENSIER (1627-1693) : UN PERSONNAGE HAUT EN COULEUR

Anne-Marie Louise d’Orléans, plus connue sous le nom de la « Grande Mademoiselle », est la fille de Marie de Bourbon-Montpensier et de Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII.

Marie de Bourbon-Montpensier (1605-1627), mère d’Anne-Marie Louise, est la fille unique d’Henri de Dombes et d’Henriette Catherine de Joyeuse, naît le 15 octobre 1605.

En raison de la fortune de Marie de Bourbon-Montpensier, Henri IV fait signer un acte de mariage avec son deuxième fils, Nicolas duc d’Orléans, alors qu’elle n’est âgée que de trois ans. Nicolas meurt en 1611, si bien que Marie de Médicis, veuve d’Henri IV assassiné le 14 mai 1610, propose son troisième fils, Gaston, duc d’Anjou, pour remplacer le fiancé décédé.

L’union de Gaston et Marie a lieu à Nantes le 5 août 1626. Elle donne naissance, au palais du Louvre à Paris, à une fille le 29 mai 1627, Anne-Marie Louise d’Orléans de Bourbon-Montpensier, future Grande Mademoiselle, mais meurt à la suite de ses couches le 4 juin 1627, laissant l’usufruit de la principauté de Dombes à son mari Gaston, frère du roi de France Louis XIII (Louis XIII étant le père de Louis XIV, Gaston se trouve être l’oncle paternel du Roi Soleil.).

Gaston d’Orléans dit « le Grand Monsieur » (Pour le distinguer du frère de Louis XIII, Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV, est appelé « le Petit Monsieur »), (1608-1660), le père d’Anne-Marie Louise, est le troisième fils d’Henri IV et de Marie de Médicis. Il reçoit le titre de duc d’Orléans après la mort de son frère Nicolas, en 1611. Il est alors fiancé la même année à la fille du duc Henri de Bourbon-Montpensier, Marie de Bourbon-Montpensier, qu’il épouse en 1626.

Marié contre son gré, Gaston d’Orléans porte peu d’affection à sa fille. Devenu veuf, Gaston est usufruitier pour sa fille jusqu’à la période 1650-1657. C’est un conspirateur né. Il soutient d’abord sa mère, Marie de Médicis, dont il est le fils préféré contre son frère Louis XIII. Il rentre en grâce en 1625, mais participe encore à la Journée des Dupes en 1630. Il est obligé de quitter le royaume, se réfugie en Lorraine et complote avec le Duc Charles IV dont il épouse, en 1632, la sœur, Marguerite de Lorraine (1615-1672) qui lui donnera trois filles. La Grande Mademoiselle prend en grippe sa belle-mère, Marguerite de Lorraine. Elle lui reproche de vouloir la dépouiller au profit de ses demi-sœurs à qui elle donne cependant toute son affection.

En 1641, Louis XIII envahit la Lorraine et casse le mariage de son frère.

A la fin du règne de Louis XIII, après la mort de Richelieu, Gaston se réconcilie avec son royal frère. Lorsque Louis XIII décède, il va être un des principaux acteurs de la Fronde entre 1645 et 1654.

Entre temps, en 1650, la Grande Mademoiselle est émancipée par Louis XIV.

En 1652, Anne-Marie Louise avait rejoint son père dans le clan des Frondeurs contre le pouvoir royal. Le 2 juillet 1652, lors de la bataille du faubourg Saint-Antoine, elle avait fait tirer les canons de la Bastilles sur les troupes royales pour sauver son cousin le Prince de Condé, pour lequel elle nourrissait des projets matrimoniaux.

Cet épisode frondeur ruina sa réputation auprès du roi qui l’exila trois ans en Bourgogne (1652-1655), sur ses terres de Saint-Fargeau. Entre 1655 et 1657, elle visita ses provinces et écrivit ses Mémoires. Elle y raconte ses souvenirs comme une poignante confession. Elle brosse son portrait, confie ses états d’âme sans fausse pudeur. Encore lues de nos jours, ses Mémoires sont un témoignage important, unique de la vie d’une femme au XVIIe siècle, prisonnière de son éducation et de son rang. Là où les autres mémorialistes disent ce qu’ils ont vécu, elle, dit ce qu’elle a ressenti.

Le roi ne la rappela à la Cour qu’en 1657.

Après 1657, Gaston rentre en grâce et rend la Dombes à sa fille unique Anne-Marie.  Il meurt en 1660 en laissant ses collections à son neveu Louis XIV, « Roi Soleil », cousin germain de la Grande Mademoiselle.

En 1660, Mademoiselle de Montpensier, la plus riche héritière de France, achète le comté d’Eu (Elle s’installera au château d’Eu en 1677 et le transformera pour y aménager un jardin à la française.).

Son immense fortune attire à elle les plus brillants partis d’Europe. Elle faillit épouser nombres de princes et souverains, mais cela ne se fit pas à cause de son encombrante fortune, de son père et de son cousin royal qui étaient jaloux de ses prétendants, à cause aussi de la haute opinion qu’elle avait de son rang. Son cousin Louis XIV, qui avait onze ans de moins qu’elle, lui aurait convenu, mais Mazarin avait tout fait pour s’opposer à une telle union, s’attirant l’inimitié de la princesse.

En 1670 Anne-Marie, âgée de 43 ans, qui vit à la Cour auprès de son royal cousin y rencontre Antonin de Lauzun, duc de Lauzun et marquis de Puyguilhem (prononciation à la Cour de France : Péguilin), de six ans son cadet. Elle en tombe amoureuse folle.

Antonin est le fils de Gabriel Nompar de Caumont, comte de Lauzun et de Charlotte de Caumont La Force, fille d’Henri-Nompar de Caumont, duc de la Force.

Son père l’envoie auprès de son cousin le maréchal de Gramont qui le fait inscrire dans une des nombreuses académies militaires de Paris comme simple cadet de Gascogne.

Très rapidement, il devient le favori de Louis XIV, qui l’avait remarqué chez la comtesse de Soisson pour sa liberté d’esprit et son insolence et le nomme successivement gouverneur du Berry, maréchal de camp et colonel général des dragons. Etabli à la cour galante, les méchantes langues affirment qu’il entretient une liaison avec sa cousine Catherine Charlotte de Gramont, épouse de Louis Ier de Monaco.

Capitaine au régiment de Gramont, Turenne le fait nommer colonel-lieutenant du régiment de dragons-étrangers du roi, à partir du 23 janvier 1658 puis capitaine de la maison des gentilshommes de la maison du Roi du bec de corbin.

En 1669, le roi promet à Lauzun la charge de grand maître de l’artillerie de France, mais Péguilin a la maladresse d’ébruiter cela. Louis XIV revient alors sur sa promesse.

Lauzun a l’audace inconcevable de se glisser sous le lit de Madame de Montespan et du Roi car il veut connaître les causes de ce revirement. Lauzun comprend alors que Madame de Montespan l’a trahi et peu après, lors d’une rencontre la traite de « pute à chien ».

Une scène épouvantable s’ensuit : Lauzun brise son épée devant le Roi qui jette sa canne par la fenêtre « pour ne pas frapper un gentilhomme » (Selon les Mémoires du Marquis de Saint-Simon). Lauzun est envoyé quelques jours à la Bastille.

De retour à la Cour, il retrouve la faveur du Roi qui le nomme capitaine de la première compagnie des gardes du Roi. Puis, en 1670, il devient lieutenant général des armées. Il commande l’armée qui accompagne le Roi en Flandres.

Séducteur invétéré, il accumule les conquêtes féminines. La Grande Mademoiselle le demande en mariage. Louis XIV y consent, puis se ravise au bout de trois jours sans doute sous la pression de la Reine et des Princes du sang.

Cependant, il est probable que les deux amants se marièrent quand même, secrètement.

Peu après, le 25 novembre 1671, Lauzun est arrêté au château de Saint-Germain soit parce qu’il avait épousé secrètement la Grande Mademoiselle, soit sur l’intervention de Madame de Montespan qu’il avait outragée. Il est conduit et emprisonné à Pignerol. Il y séjourne jusqu’en 1681.

Pour tenter d’obtenir la libération de son bien-aimé, prisonnier à Pignerol, la princesse de Dombes propose de faire don à Louis-Auguste de Bourbon, duc du Maine (qui sera légitimé en 1673 ), fils de Louis XIV et de Madame de Montespan : du comté d’Eu (Le comté d’Eu revient ensuite au duc de Penthièvre, fils du comte de Toulouse, frère cadet du duc de Maine,en 1725.), de la baronnie de Beaujolais et de la principauté de Dombes (qui sera échangée le 28 mars 1762 contre le Duché de Gisors. A partir de cette date, la principauté de Dombes revient à la Couronne de France.) dont elle jouira jusqu’à sa mort.

« Personne n’ignore comment celle-ci, pour tirer de prison le comte de Lauzun qu’elle avait épousé en secret, se vit obligée d’abandonner sa principauté des Dombes à Louis XIV, qui en avantagea le Duc de Maine, un de ses bâtards légitimés (Poeys d’Avant, Les monnaies féodales françaises, Tome 3, p.86-87). »

Selon Le Fond de Dreux (registre parlementaire), la Grande Mademoiselle obtint cependant de la Couronne royale, le 2 février 1681, 1 600 000 francs de compensation pour la perte du comté d’Eu et de la baronnie de Beaujolais.

Cependant, en 1684, la Grande Mademoiselle et Péguilin se séparent.

Anne-Marie Louise d’Orléans meurt en 1693 (sans héritier), au palais du Luxembourg à Paris, laissant la principauté de Dombes au duc de Maine, comme convenu. Elle est inhumée en l’église abbatiale de Saint-Denis, dans le caveau des Bourbons. Son cœur est porté à la Chapelle Sainte-Anne de l’église du Val-de-Grâce (nommée aussi la « chapelle des cœurs » car elle renferme les cœurs embaumés de quarante-cinq rois et reines de France). En 1793, lors de la profanation du tombeau royal, son cœur disparaît.

LA PRINCIPAUTE DE DOMBES

La Dombes était au départ une seigneurie souveraine sur la rive gauche de la Saône en terre d’Empire. Pays relativement pauvre, avec des marais insalubres, la Dombes eut son destin changé par son rattachement aux domaines de la maison de Bourbon, en plusieurs étapes de 1400 à 1424.

« Les contrées dont elle fut formée firent d’abord partie du royaume de Bourgogne. Trévoux, qui devient sa capitale, ne fut primitivement qu’un village, et ce n’est guère qu’au commencement du XIVe siècle qu’il prit une certaine importance. Les sires de Villars, qui, en 1238, ajoutèrent à leur nom celui de Thoire, par suite du mariage d’Agnès de Villars avec Etienne II, sire de Thoire, en Bugey, furent les premiers maîtres du pays de Dombes. Ces seigneurs, soit par incurie, soit par indolence, ne soutinrent pas leur pouvoir et s’occupèrent peu de leurs intérêts, si bien qu’en 1402 Humbert VII, voyant l’abaissement de sa maison et n’ayant pas d’enfants auxquels il pût faire passer ses biens, vendit les seigneuries de Trévoux, d’Ambérieux et du Chatelard, avec toutes leurs dépendances, à Louis II, duc de Bourbon, qui possédait déjà une partie des Dombes, par suite de la cession qui lui avait été faite deux ans auparavant par Edouard II, sire de Beaujeu, mort sans enfants. La puissante maison de Bourbon ne put pas conserver sans interruption, pendant plus d’un siècle, la seigneurie de Dombes. Après la mort de Suzanne, Charles de Bourbon, comte de Montpensier, se vit disputer la succession par la Duchesse d’Angoulême, mère de François Ier, et en 1522 ses biens furent mis sous le séquestre. Un arrêt du parlement réunit (en 1527) les Dombes au domaine royal ; elles ne furent rendues qu’en 1560 à la famille des Bourbon-Montpensier, qui en jouit jusqu’en 1693, c’est-à-dire jusqu’à la mort de Mademoiselle d’Orléans (Poeys d’Avant, Les monnaies féodales françaises, Tome 3 (p. 86-87 ; planche XVI)). »

LE MONNAYAGE DE LA GRANDE MADEMOISELLE

Bien qu’Anne-Marie Louise, la « Grande Mademoiselle », eût été émancipée le 7 décembre 1650 par Louis XIV et pût donc jouir de la principauté de la Dombes et y exercer sa pleine souveraineté, on ne changea pas immédiatement les coins monétaires et on continua à frapper au nom de Gaston une série d’écus en argent et leurs fractions copiées sur la série créée en France en 1641. Il y eut même en 1652 un louis d’or sur lequel on garda les quatre L au lieu d’y mettre les quatre G de Gaston.

Dans la Notice sur la monnaie de Trévoux et de Dombes (P. Mantellier, Notice sur la monnaie de Trévoux et de Dombes, 12 rue Vivienne, Rollin, Paris, 1844, p. 75 ), nous pouvons lire : « Le 7 décembre 1650, mademoiselle de Montpensier ayant atteint sa vingt-troisième année, Louis XIV l’émancipa sous le conseil de Michel Langlois, avocat au parlement de Paris, et lui délaissa la jouissance de ses biens ; ce dont le duc d’Orléans et Mademoiselle donnèrent avis au parlement de Dombes, qui enregistra les lettres de sa Majesté. »

Suite à la Fronde, dans laquelle elle était appliquée, elle fut exilée de la cour de Louis XIV jusqu’en 1657 et voyagea à partir de 1655. Au cours d’un séjour à Lyon, elle visita sa principauté.

Son propre monnayage commença en cette période de 1657. Il se composait principalement de fractions de l’écu d’argent : des sixièmes (10 sols) et des douzièmes (5 sols), imitation du cinq sols créé en 1641 sous Louis XIII. Ces douzièmes d’écu d’Anne-Marie Louise, émis en grande quantité, sont connus sous le nom de demoiselles, mademoiselles (Anne-Marie Louise surnommée « La Grande Mademoiselle » ou « Grande Demoiselle, d’où le nom de « mademoiselle » ou « demoiselle » donné au « luigino ». ), ou luigini (« Luigino » est un mot italien qui signifie « petit louis ». Ce nom fait référence à différents souverains du nom de Luigi, soit Louis en italien.). Ils furent vite abondamment contrefaits pour être exportés dans le Levant (Empire Ottoman dont la Turquie et Arabie) où ils rencontrèrent un succès considérable car ils correspondaient au huitième de la pièce de huit réaux (Un réal, des réaux. ), qui était utilisée pour le commerce en Méditerranée, et servaient à réaliser des parures.

Ce cinq sols de Louis XIII sera aussi copié ou imité par beaucoup d’ateliers du sud de la France et d’Italie : par les grands seigneurs d’Orange, du Comtat, de Monaco ou de Neuchâtel, puis contrefaite en Italie par de très nombreux ateliers comme Arquata, Campi, Fosdinovo, Gênes, Livourne, Lucques, Malaspina, Mantoue, Spinola sous le nom de « luigino ».

L’atelier pontifical d’Avignon frappera aussi des « luigini » sous le pontificat d’Alexandre VII (1655-1667).

Les « luigini » frappés en Italie avaient un titre d’argent bien inférieur aux 1/12 d’écus frappés dans les ateliers monétaires français, ce qui a entraîné une méfiance vis-à-vis de cette monnaie, et sa disparition. Ce phénomène de contrefaçon poussa la monnaie de Trévoux à interrompre ses émissions de douzième d’écu.

En ce qui concerne la lettre A de l’atelier de Paris que nous retrouvons sur les monnaies d’argent de « la Grande Mademoiselle », une hypothèse avait été émise en 1848, par A.M. Alexandre Sirand, dans Monnaies inédites de Dombes (A.M. Alexandre Sirand, dans Monnaies inédites de Dombes, Imprimerie de Milliet-Dottier, Bourg-en-Bresse, mai 1848, p.84), « la lettre A que nous voyons sur cette monnaie de Mademoiselle, prouve qu’elle faisait frapper à Paris sans doute là tout était fabriqué ». En 2014, Arnaud Clairand de CGB, après des recherches très poussées, affirme : « l’atelier A est bien Trévoux même si les ordres sont donnés de Paris. »

Le conseil souverain de Dombes siégeait à Paris près de la personne de Mademoiselle. Ses attributions étaient à peu près celles du conseil d’Etat en France. En 1672, une nouvelle émission de pièces avait été ordonnée : par arrêt de l’année 1672, le conseil souverain avait ordonné une nouvelle émission de pièces d’argent : d’un quart d’écu (quinze sous ( « Sou », du latin « solidus », se dit « sol » en ancien français.) ou sols tournois), d’un demi-écu (En 1673, de nombreux demi-écu furent émis.) (trente sols) et d’écu (soixante sols ou 3 livres tournois), et de liards de billon (trois sols), à la charge de payer à Son Altesse Royale cinq sols par marc (poids de huit onces servant à peser les monnaies d’or et d’argent) pour la monnaie d’argent et trois sols pour les liards (P. Mantellier, Notice sur la monnaie de Trévoux et de Dombes, 12 rue Vivienne, Rollin, Paris, 1844, p. 92).

La Grande Mademoiselle fit fabriquer par ailleurs des douzains (un douzain = un sol
tournois).

La monnaie d’argent de Dombes, qui présentait le profil de la princesse Anne-Marie Louise d’Orléans, était particulièrement appréciée car c’était une des rares monnaies à présenter une figure féminine.

Les monnaies de Mademoiselle, particulièrement celle de cinq sols, étaient de si bon aloi qu’elles eurent un cours très répandu, et que bientôt on les vit imitées par le prince d’Orange, le marquis de Fos di Novo, les Doria de Gènes et plusieurs princes d’Italie et d’Allemagne.

Des monnaies d’or auraient aussi été frappées sur ordre de la princesse de Dombes : des sequins imitant ceux des doges de Venise et des pistoles d’or, modules d’inspiration espagnole (escudo) plus petits que les écus ou louis français.

Il paraît que Mademoiselle s’attira des reproches du doge pour avoir imité les sequins
d’or de Venise au type de saint Marc (Manuels-Rouets, Nouveau manuel de numismatique du Moyen Age et Moderne, Rouets, Paris, 1851, p. 242).

 Les derniers ordres de frappes de monnaies de Dombes datent de 1673 et l’atelier ne semble pas avoir fonctionné au-delà de 1675.

En 1681, Mademoiselle céda la principauté au fils naturel de Louis XIV et de madame de Montespan, le duc de Maine, Louis Auguste Ier de Bourbon (Surnommé par ses détracteurs, le « Gambillard » car il boite, cf. Madame de Sévigné.) (1670-1736), élevé par Madame de Maintenon qui deviendra la deuxième femme de Louis XIV.

En 1693, à la mort de la Grande Mademoiselle, Louis Auguste Ier de Bourbon peut jouir des titres et privilèges de la principauté de Dombes conformément au contrat de 1681.

Contrairement à la princesse, Louis Auguste Ier de Bourbon réside dans son château de Trévoux, y rapatrie le Parlement de Dombes et favorise l’installation d’une imprimerie qui éditera les Mémoires de Trévoux.

Lorsqu’il décède, le 14 mai 1736, son fils aîné, Louis Auguste II de Bourbon (1700-1755), hérite de la principauté de Dombes.

En 1755, à la mort de ce dernier sans héritier, son frère cadet, Louis Charles de Bourbon (1701-1775) hérite à son tour, de la Dombes.

En 1762, il l’échange contre le duché de Gisors et les terres de Gretz-Armanville et Pontcarré, propriétés de Louis XV.

En 1762, la Dombes est donc acquise à la couronne de France sans que l’activité monétaire n’eût jamais été rétablie depuis 1675.

 

 

Remerciements aux collectionneurs passionnés, à Arnaud Clairand de CGB et à Jean Claude Laurin, créateur du blog Les monnaies de Dombes, à l’Académie de Dombes et à Carine Raemy-Tournelle, conservatrice au Musée monétaire cantonal de Lausanne (Suisse).

 

 

Monnaies et Détections, n°78, octobre-novembre, « Le monnayage de la Grande Mademoiselle, princesse de Dombes et cousine du Roi Soleil », pp. 36-42

Numibec, n°9, novembre 2014, « Le monnayage de la Grande Mademoiselle, princesse de Dombes et cousine du Roi Soleil », p. 5-14

La monnaie des comptoirs de l’Inde française (Pondichéry)

Une puissance coloniale est un Etat qui envoie dans un autre pays, une réunion de personnes – femmes, hommes et enfants – afin d’y établir une présence pérenne et autonome, une colonie de peuplement, et d’y bâtir une société. Cette nouvelle société s’épanouit et se développe en particulier grâce à l’agriculture, à la chasse et au commerce.

La colonie de peuplement (Canada français) est différente du comptoir commercial colonial (Inde française) dont le but n’est pas de peupler, mais de faire des échanges commerciaux avec les commerçants locaux.

Monnayage colonial est le nom donné aux monnaies émises dans et pour ces territoires soumis à une métropole, à une puissance coloniale. La numismatique coloniale française couvre trois siècles d’histoire et un très vaste espace géographique.

Les comptoirs coloniaux français de l’Inde sont formés de l’ensemble des territoires et des bureaux généraux de commerce établis en différentes localités, que la France a maintenu dans la péninsule indienne jusqu’au milieu du XXe siècle.

À la fin du XVIe siècle, deux évènements vont révolutionner l’Occident et son commerce maritime : la découverte de l’Amérique et la découverte de la route des Indes qui avaient auparavant apporté beaucoup au niveau économique pendant l’Antiquité. C’est bien le commerce qui garantira le contact entre l’Orient et l’Occident, bien qu’il ne soit pas encore question de colonies, mais plutôt de rêve et de convoitises liés aux richesses inestimables relatées dans les récits des voyageurs, poussant même les Européens à braver l’inhospitalité maritime de la côte du Coromandel.

Cet attrait pour la richesse de l’Inde est source de nombreux conflits entre membres de l’Europe qui veulent s’approprier le contrôle des routes maritimes et des comptoirs, qui deviendront très vite des bastions fortifiés. Ce sont les Anglais qui finalement au XIXe siècle arriveront à asseoir leur domination, après les Portugais, les Hollandais, les Danois, les Suédois. Les Français n’obtiendront le contrôle que tardivement après de nombreux échecs.

Comptoirs, compagnies de commerce et monnayages coloniaux

En France, les comptoirs se développent aux XVIIe et XVIIIe siècles, notamment en Afrique occidentale pour la traite des Noirs et le commerce du coton, et en Inde (Pondichéry et Chandernagor) pour les indiennes de coton et les épices. Des comptoirs sont créés également en Amérique du Nord (par exemple, Tadoussac au Québec pour les fourrures et la morue).

Le comptoir colonial

C’est une structure coloniale à vocation commerciale permettant au pays qui le contrôle de s’assurer un approvisionnement en ressources provenant des régions environnantes. Ces mêmes régions peuvent en échange acquérir des produits provenant du pays contrôlant le comptoir. Le principe du comptoir est que le pays qui le contrôle exclut le peuplement ou le contrôle politique direct des régions avec lesquels le commerce est réalisé, son but étant de faciliter le commerce en permettant le développement d’infrastructures locales : routes, voies ferrées, ports, habitations, infrastructures d’entretien des navires, banques, correspondant à la technologie et aux standards du pays qui le contrôle.

Les pays qui contrôlent ces comptoirs acquièrent ainsi la capacité d’accéder directement aux matières premières ou autres produits introuvables chez eux comme l’or, le caoutchouc, les épices, etc. Historiquement, les comptoirs sont aussi les lieux de départ du commerce des esclaves, notamment en Afrique subsaharienne.

Étant organisés par un seul pays, les échanges métropole/colonies sont monopolistiques – en général opérés par une seule grande compagnie commerciale – et protectionnistes, les prix n’étant pas fixés sur la base d’un échange concurrentiel, le tout au bénéfice exclusif du pays possédant le comptoir. En raison de leur intérêt commercial, les comptoirs sont souvent l’objet d’attaque ou d’invasion par des puissances concurrentes cherchant à prendre le contrôle du commerce régional.

Certains comptoirs restent des lieux d’échange commerciaux mais d’autres sont une étape avant la colonisation complète des régions avoisinantes, comme le fit la France en Afrique.

Les compagnies de commerce

Elles s’occupent des échanges commerciaux et s’inscrivent au départ dans le système de John LAW, contrôleur général des Finances, qui voulait utiliser la mise en valeur de la Louisiane pour créer un système bancaire moderne avec du papier monnaie. Le système s’effondrera en décembre 1720. Law s’enfuira, les petits porteurs seront ruinés, la fabrication du billet sera abandonnée et la livre d’argent démonétisée en décembre pour 20 sous tournois après avoir valu 30 sols en avril.

En août 1664 est fondée la première Compagnie française des Indes Orientales (CIO) avec monopole exclusif pendant cinquante ans du commerce au-delà du cap de Bonne-Espérance dans l’Océan Indien et le Pacifique. Dotée d’importants privilèges financiers, elle doit créer dans l’île Dauphine (Madagascar) une colonie de peuplement et établir des comptoirs dans les Indes. Des établissements (Pondichéry et Chandernagor) y sont en effet fondés, mais le projet de peuplement de Madagascar n’aboutit pas. La CIO perd son privilège en 1682 mais garde son monopole de pavillon dans l’île.

La Compagnie française des Indes orientales, imaginée par Colbert, est créée par une déclaration royale de Louis XIV, enregistrée par le Parlement de Paris et complétée par des statuts qui en font une manufacture royale avec tous les privilèges associés, en particulier exemption de taxes, monopole exclusif du commerce dans l’hémisphère oriental, garantie sur trésor royal, pouvoir de nommer des ambassadeurs, de déclarer la guerre et de conclure des traités. Elle est dotée d’un capital initial de 8,8 millions de livres.

En 1720, à Paris, est frappée une monnaie française d’argent fin de 3,74 g équivalent à une livre tournois : une Livre dite de la Compagnie française des Indes.

En 1785, une nouvelle Compagnie des Indes Orientales est créée avec monopole commercial pour l’Inde, l’Indochine et la Chine. Elle prospère vite mais une des premières mesures révolutionnaires sera de décider sa suppression en 1790.

Les monnayages coloniaux

Ils sont nombreux et variés, en fonction de plusieurs éléments : le type de circulation monétaire, la culture monétaire de la puissance coloniale et la tradition monétaire locale. La circulation monétaire dans une colonie s’effectue sur trois niveaux : échanges entre colons, échanges entre colons et autochtones, échanges entre autochtones (ce dernier niveau tend à disparaître en raison de la fiscalisation progressive des échanges).

Les monnayages coloniaux présentent des différences importantes selon que les colonies sont des régions disposant d’une tradition monétaire locale forte, représentée par des espèces monétaires particulières et des pratiques monétaires anciennes (Inde) ou que se sont des régions sans économie monétarisée ou bien des zones où la monnaie traditionnelle est considérée comme trop primitive par les Européens.

On distingue donc deux types de zones : une zone sans tradition monétaire (Canada…) et une zone avec une vielle tradition monétaire (Inde…). Le grand Moghol d’Inde autorise les Français à battre monnaie, mais ils doivent copier les monnaies du pays où est implanté le comptoir. Le titre transmissible de nabab (prince) est donné au directeur du comptoir.

Les directeurs de comptoirs (gouverneurs) étaient considérablement riches et montraient de nombreux signes extérieurs de richesse d’où l’utilisation actuelle du mot « nabab » : homme riche qui fait étalage de ses richesses.

Le comptoir de Pondichéry connaît un essor spectaculaire

Dès la fin du XVe siècle, les Indes attirent les conquérants et les négociants européens ; Vasco de Gama et les premiers Portugais ont débarqué à Goa.

Les Britanniques ont suivi leurs traces dès 1600 en créant la « East India Trading Company » (EIC). Les Hollandais avec la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC), créée le 20 mars 1602, font des affaires en or. Le royaume de France ne compte pas être en reste.

Dès 1659, Colbert au service du roi Louis XIV est très attentif à la question du textile.

Il s’est intéressé aux efforts de ses prédécesseurs à l’époque d’Henri IV, pour développer la culture de la soie. Il sait que la communauté arménienne de Marseille, par ses liens avec l’Orient, importe des indiennes : ces cotonnades légères et fines qui plaisent par leurs couleurs gaies.

Une indienne de coton

Les indiennes de coton sont un enjeu important pour Colbert. La Compagnie française des Indes orientales (CIO) vise d’abord cette activité, alors que le commerce du poivre est dominé par la compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC).

Lorsque la CIO prend son essor, de Pondichéry et Calcutta, 8 à 10 vaisseaux chargés de tissus arrivent annuellement à Lorient, port important dans l’histoire des indiennes de coton en Europe.

En 1669, Colbert crée le port franc (suppression des frais de douanes) de Marseille où des Arméniens s’installent à sa demande, pour apprendre aux Marseillais à peindre les cotonnades et à les approvisionner. En 1685, un édit interdira aux marchandises du Levant d’entrer dans le royaume par un autre port que Marseille qui se retrouvera ainsi en situation de monopole.

En 1673, le vaste empire de Louis XIV s’étend considérablement avec le comptoir de Chandernagor et l’achat par un militaire français pour le compte de la jeune compagnie française des Indes orientales, d’un village côtier du nom de Puducherry, en anglais Pondicherry puis Pondichéry.

Autour de la ville de Pondichéry, s’étendent les ruines d’Arikamedu, ville archéologique dont le port servait au commerce avec l’Empire Romain : l’Inde exportait de la soie, des épices, même des oiseaux, des lions, des éléphants en échange de l’or.

Pondichéry est une simple petite bourgade de pêcheurs, mais la zone est favorable pour le commerce car la proche embouchure d’une rivière permet de pénétrer aisément à l’intérieur du pays et les tisserands sont nombreux dans la région.

Sher Khan Lodi, gouverneur de la région au nom du sultan de Bijapur, effectue la transaction avec les Français car il veut casser le monopole arrogant de la compagnie hollandaise (VOC).

Pondichéry sert d’abord de point d’appui pour ravitailler les troupes de l’escadre française (escadre de Perse) partie pour les Indes orientales à la fin du XVIIe siècle. L’escadre assiégée près de Madras, en 1674, par les Hollandais et le sultan de Golconde, capitule. Elle est rapatriée en Europe, mais quelques dizaines de Français groupés autour de François Martin demeurent à Pondichéry.

Cette bourgade deviendra le principal comptoir français en Inde devant Chandernagor et devant les comptoirs qui seront créés sous le règne de Louis XV : Mahé, 1721, Yanaon, 1723, Karikal, 1738.

Diverses « loges » dans plusieurs villes (Balasore, Cassimbazar, Yougdia, Dacca, Patna, Masulipatam Calicut, Surate…), des « factoreries » (villages de tisserands où l’on blanchit les toiles transformées à partir des matières premières produites autour du village) et quelques « terrains » viendront s’ajouter à ces comptoirs.

Loges : lieux de commerce français, parfois simples entrepôts, installés dans des petites localités de l’Inde peu peuplées. La France possédait 12 Loges en Inde occupant au total 4 km² avec 2 000 habitants.

Afin de ne pas déstabiliser l’économie locale, le monnayage colonial français va s’inspirer du monnayage de la région qui est une zone de vieille tradition monétaire.

Le monnayage indien local est constitué de la pagode d’or et de la roupie d’argent.

De nombreuses pièces sont frappées en Inde française pour ces comptoirs : des pagodes d’or, des roupies d’argent, des doubles fanons (argent, 2,92 g, 14mm), des fanons (argent, 1,45 g, 13 mm), des ½ fanons en argent (0,76g, 9 mm), des 4 royalins (argent, 2,80g, 14 à 15mm), des 2 royalins d’argent, des doudous, des ½ doudous (bronze, 2g à 2,5g, 11 à 15mm), des biches (bronze, 6, 43g, 19 mm), des ½ biches (bronze, 3,5 g, 13 à 14 mm), des ¼ de biches pour Mahé (bronze, 1,4 g, 10 à 11 mm) et des caches (bronze, 2g, 11 mm).

Le monnayage colonial français en Inde varie dans le temps :

Le fanon (forme française de fanam) est une monnaie d’argent des Indes françaises, frappée à Pondichéry et à Mahé au début du XVIIIe siècle. Le cours officiel du fanon est alors de 1/26e de pagode, mais le cours réel est de 1/32e.

Le fanon se décompose en 16 doudous ou 64 caches (cashs) ; il faut 7,5 fanons pour faire une roupie de Pondichéry (4 caches ou cashes (bronze) = 1 doudou (bronze) ; 16 doudous ou 15 biches (bronze) = 1 fanon/fanam (argent) = 2 royalins ; 26 fanons = 1 pagode d’or).

Le cours officiel du fanon est fixé à 1/24e de pagode en 1817. Le fanon vaut un huitième de roupie de Pondichéry ; en 1853, la valeur du fanon est fixée à 24 caches (8 fanons = 1 rupee/roupie de Pondichéry, 24 fanons = 1 pagode d’or, 1 fanon = 3 doudous, 1 fanon = 15 biches et 1 fanon = 24 caches).

Le doudou est une monnaie de bronze des Indes françaises, valant 4 caches ou un tiers de fanon. On a frappé des doudous et des demi-doudous à Pondichéry, qui portent une fleur de lis et le nom de l’atelier en tamoul, et à Karikal avec, en tamoul, Karikal au droit et Pondichéry au revers.

La Biche (de païsa) est une monnaie des Indes françaises frappée à Pondichéry et Mahé, et qui vaut un quinzième de fanon.

Le cache ou cash est une petite monnaie de bronze qui circule dans les territoires français des Indes.

Les gouverneurs de Pondichéry, acteurs de l’essor des comptoirs français

En 1685, François Martin est nommé « Directeur de la côte de Coromandel [Pondichéry, Karikal], Bengale [Chandernagor], et des lieux du Sud où la Compagnie porterait son commerce ». C’est lui qui, en posant les bases de la future prospérité du comptoir, sera le véritable fondateur de Pondichéry.

La défense du comptoir est une grande préoccupation des directeurs de la Compagnie française. Ils obtiennent assez rapidement le droit d’entretenir des troupes sur le sol indien. Elles sont peu nombreuses, quelques centaines d’hommes, mais grossies de plusieurs milliers d’Indiens encadrés et armés à l’européenne : les Cipayes.

De 1702 à 1704, ils remplacent le petit fort dit « barlong » par l’énorme fort Saint Louis, édifié sous la direction d’un ingénieur militaire et dont le plan est copié sur celui de Tournai, aménagé quelques années plus tôt par Deshoullières. C’est un ouvrage défensif considérable, considéré par les militaires indiens comme la meilleure citadelle européenne dans le pays.

Les frictions avec les Hollandais, implantés dans la région depuis bien plus longtemps que les Français, et la mort de Martin en 1706, ralentissent le développement de la ville, sauf sur le plan urbanistique, puisque ce sont les occupants hollandais qui donnent à Pondichéry, reconstruite par leurs soins de 1693 à 1700, son plan si exceptionnel en damier.

Il faut attendre la fin des guerres de Louis XIV et l’arrivée de Pierre-Christophe Lenoir en 1726 pour que les affaires reprennent. La ville s’embellit et voit fructifier les fruits de sa croissance.

La ville, qui se situe dans la tradition portugaise, combine port, factorerie et fort, et fait une distinction entre la « ville blanche », bien dessinée, et la « ville noire ». En bordure de mer, sur la dune la plus élevée, est édifié le fort, et de part et d’autre la « ville blanche ». Les Français sont attachés à l’urbanisme. Un officier note en 1730 : « Cette ville a beaucoup gagné, jadis les gens du pays construisaient leurs maisons en bois ou en terre ; M. [le gouverneur] Lenoir imposa de ne bâtir qu’en brique et de ne couvrir qu’en tuiles, et on construisit des maisons magnifiques et en quantité. »

La ville est rapidement réputée pour sa beauté, les bâtiments publics participant pour beaucoup à sa renommée. L’hôtel de la compagnie est un monument majestueux, rappelant les plus nobles édifices de la métropole, avec des toits en terrasse et des ailes en retour. Il en est de même de l’Hôtel de la monnaie et des églises, en particulier celle des Jésuites.

En 1735, Pondichéry est dirigée par Benoist Dumas. C’est une ville prospère de 100000 à 120000 habitants : chrétiens, musulmans, hindous. Les Européens sont fondamentalement minoritaires dans la ville, puisqu’ils ne seraient pas plus de 700 vers 1730.

Le territoire dominé par les Français autour de la ville est formé au milieu du XVIIIe siècle, de quatorze enclaves mal reliées entre elles car acquises au hasard des circonstances, mais totalisant une superficie de 29 000 hectares.

En 1738, le gouverneur Pierre-Benoît Dumas (1735-1741), un fin diplomate qui sera élevé au rang de nabab par le Grand Moghol, initie une campagne d’expansion des territoires français par la négociation. Il traite ainsi avec le râja Sahujî de Tanjore pour obtenir la zone de Karikal, la forteresse de Karakalcheri et cinq villages pour 40 000 chakras (petites monnaies en or sous forme de boules).

Karikal est un gros bourg de 5000 habitants au XVIIIe siècle qui présente un double avantage : il permet le ravitaillement de Pondichéry en riz et autres produits alimentaires grâce à sa position au coeur d’une région fertile et il abrite des tisserands réalisant les toiles bleues propres pour le commerce de la côte d’Afrique.

Les loges situées au nord de Pondichéry, à Mazulipatam et Yanaon sont de simples entrepôts pour l’achat des cotonnades. Pondichéry est aussi en relation beaucoup plus au nord (2 000 km) avec l’établissement français de Chandernagor. Ce petit comptoir (940 hectares) est très actif pour le commerce car il est situé sur un bras du delta du Gange, c’est-à-dire une grande voie navigable vers la très riche région du Bengale.

Le commerce est plus développé que jamais, avec la France mais aussi jusqu’en Extrême-Orient et en Chine, à tel point que cet essor commence à susciter l’envie des Britanniques, qui n’entendent pas partager leur puissance sur l’Inde asservie.

En 1742, un nouveau gouverneur, Joseph-François Dupleix, jeune homme ambitieux marié à une jolie métisse euro-indienne issue de l’aristocratie locale de Java, Jeanne Albert de Castro, est nommé gouverneur. C’est lui qui doit régler les retombées de la guerre de succession d’Autriche (1740-1748) opposant en Europe les Anglais et les Français. En 1748, pendant la guerre de Succession d’Autriche, Pondichéry est défendue avec brio par Dupleix qui résiste à un long siège anglais, terrestre et naval. Il faut préciser que toute la ville est entourée d’une enceinte fortifiée (construite de 1724 à 1747), précédée de bastions garnis d’une forte artillerie.

Dupleix : En hommage, à Paris, son nom est donné à une station de métro (ligne 6) ainsi qu’à une rue située dans le XVe arrondissement.

Dupleix mène Pondichéry à son firmament, en effet c’est sous son mandat, et grâce à lui, que Pondichéry connaît son apogée. Grâce à ses victoires militaires contre les Britanniques, il étend le territoire autour de la ville et dans le sud de l’Inde.

En 1746, les Français menés sur mer par La Bourdonnais (gouverneur de l’Ile-de-France) et sur terre par Dupleix, repoussent la flotte anglaise et s’emparent de Madras. Les Anglais contre-attaquent mais Dupleix réussit à garder Madras. Le grand comptoir anglais est cependant rendu à l’Angleterre en 1748, suite au Traité d’Aix-la-Chapelle, contre la restitution à la France de la forteresse de Louisbourg en Amérique.

La prospérité commerciale de la ville se poursuit plus que jamais après la guerre. Dupleix, qui dirige la ville depuis 1742, profite de l’éclatement de l’empire Mogol pour étendre l’influence française dans le sud de l’Inde.

Au fil du temps, les directeurs de la Compagnie ont réussi à se faire concéder par l’empereur moghol des droits considérables. Outre l’entretien d’une armée locale, ils peuvent percevoir tous les impôts déjà existants, de quelque nature qu’ils soient, c’est-à-dire les taxes foncières, douanières et autres contributions indirectes ; ils peuvent aussi en créer de nouveaux ; ils ont le droit d’exercer la politique et la justice, de battre monnaie, d’affermer les terres domaniales et ils ne sont soumis au contrôle d’aucun représentant du Mogol. On peut considérer qu’en 1750, Pondichéry qui vit sous l’autorité d’une compagnie active et sous le pavillon du roi de France, est une ville étrangère sur la côte indienne, face à l’autorité de plus en plus faible du pouvoir mogol.

Dans cette Inde aux richesses tant convoitées, Dupleix réalise combien la position des comptoirs demeure précaire tant qu’ils se limitent au commerce et se privent d’une assise locale plus solide. Sa politique, destinée à accroître l’influence française dans les affaires intérieures indiennes, porte rapidement ses fruits : Pondichéry devient une cité réputée et fastueuse où l’argent coule à flots. Les commerçants s’enrichissent, ce qui ne manque pas de provoquer la suspicion et la jalousie des élites commerçantes restées en France.

Dupleix exerce aussi une influence considérable dans les affaires des princes et souverains de la région.

Il met au service des princes indiens qui cherchent l’alliance française, les redoutables troupes de cipayes bien commandées par son adjoint Charles Joseph Patissier de Bussy-Castelnau.

L’essor de Pondichéry est donc spectaculaire, à l’image de tout le commerce colonial français depuis 1720. La Compagnie française des Indes est une affaire très rentable dont les progrès inquiètent de plus en plus sa rivale, la Compagnie anglaise des Indes orientales.

Pondichéry, un comptoir très convoité

Les rivalités entre la Compagnie française des Indes orientales (CFIO) et la Compagnie anglaise des Indes orientales (CAIO) s’aggravent.

Dupleix se heurte aux Anglais qui sentent leurs positions menacées et soutiennent eux aussi de leurs côtés des princes indiens rivaux. Il s’ensuit une guerre non déclarée qui dure jusqu’en 1754 et mobilise de plus en plus de moyens, au point que la Compagnie des Indes, déjà ébranlée par les dépenses du conflit précédent, finit par être déficitaire.

Les actionnaires de cette dernière, soucieux de leurs intérêts commerciaux, décident de désavouer Dupleix et de le rappeler en France à la faveur d’un échec militaire sans grande conséquence, mais savamment orchestré par la compagnie anglaise. Dupleix quitte l’Inde le 14 octobre 1754 emportant avec lui ses rêves d’une Inde française. Le ministre de Louis XV, Machault, est le principal responsable de ce renvoi qui a pour but de tenter d’amadouer Londres et d’éviter un conflit.

La neutralisation de Dupleix est l’un des facteurs qui va permettre ensuite aux Anglais de lancer la guerre de sept ans, laquelle leur fera obtenir le reste de l’empire colonial français.

Son remplaçant, le commissaire spécial Charles Godeheu est chargé de traiter avec les Britanniques.

Le 26 décembre 1754, il signe avec eux un traité par lequel il abandonne les conquêtes de Dupleix, ce qui est conforme à la vision purement commerciale de la compagnie, mais qui laisse le champ libre aux Anglais qui étendent leur influence en Inde à la place des Français.

La guerre reprend assez rapidement. Les forces françaises commencent par remporter quelques victoires en 1758, mais après plusieurs combats, à bout de force, elles capitulent le 16 janvier 1761. Convoitée par les troupes anglaises, jalousée par les marchands des autres comptoirs de la Compagnie française des Indes qui l’abandonnent, Pondichéry est ravagée par les flammes britanniques de fond en comble par le gouverneur Pigott. La ville est entièrement rasée.

La France ne récupère son comptoir qu’en 1765, après la signature du Traité de Paris de 1763. La ville, qui n’est plus que l’ombre d’elle-même, se relève très lentement. Tout est à reconstruire.

En 1778, lorsque la guerre reprend entre la France et l’Angleterre (Guerre d’indépendance américaine), les fortifications ne sont pas encore totalement reconstruites.

Le 10 août 1778, après un combat indécis, les forces françaises se replient laissant la victoire aux Anglais et Pondichéry est conduite à la capitulation le 17 octobre 1778 malgré la défense énergique du gouverneur de Bellecombe. La ville est pillée une nouvelle fois puis à nouveau abandonnée en 1781.

Le traité de Paris de 1783 rend nombre de places françaises qui furent cédées aux Britanniques au cours des conflits qui virent s’affronter la France et la Grande-Bretagne en Inde.

En août 1793 et jusqu’en 1814 (pendant les guerres révolutionnaires et napoléoniennes), Pondichéry tombe une fois de plus aux mains des Anglais et toute construction reste au point mort.

Un recensement poussé des Français en Inde est effectué par les Anglais en 1796. Il débouche sur une déportation tragique vers la France, de nombreux Français, par le vaisseau « Le Triton ».

Les Français récupèrent le contrôle total de Pondichéry seulement en 1816, sans jamais cependant y retrouver la gloire de jadis, avec interdiction d’y posséder fortification et garnison (police seule autorisée).

Au XIXe siècle, la ville apparait comme une enclave française dans un pays désormais entièrement dominé par les Britanniques. Elle n’a plus d’importance militaire, mais connait un bon développement économique. Beaucoup de bâtiments ont été érigés au cours du XIXe siècle marqué par l’arrivée de l’eau courante et les liaisons de chemin de fer avec les colonies britanniques.

Pondichéry sert d’escale vers l’Indochine où se focalise l’intérêt de la France en Asie pendant le XIXe siècle.

A partir de 1848 et suite au traité de 1783, les droits de la France sont confirmés et cette dernière administre directement les habitants français de l’Inde : un gouverneur, un député et un sénateur y représentant l’État. Tous les habitants des comptoirs sont déclarés citoyens français, à la faveur de la Révolution de 1848 et de l’abolition de l’esclavage.

Pondichéry et les autres comptoirs sont donc représentés au Parlement français sous la Troisième République.

Une longue et difficile récupération des comptoirs français par l’Union indienne (1946-1956) s’engage.

En juillet 1940, les comptoirs se rallient au général de Gaulle, mais doivent accepter d’être intégrés dans une union douanière avec l’Inde britannique.

Alors que l’Inde se prépare à l’indépendance, les comptoirs français, peuplés d’environ 300 000 habitants, deviennent le 27 octobre 1946 un territoire d’outre-mer avec un statut particulier : ils sont représentés par un député et deux conseillers de la République. La nouvelle assemblée représentative locale ne tarde pas à s’élever contre les fonctionnaires métropolitains et à demander la fusion avec l’Inde nationale.

De son côté, l’Union indienne, devenue indépendante le 15 août 1947, réclame le retour des comptoirs coloniaux français mais rejette leur transformation en villes libres. L’Union indienne désire que ces villes soient indiennes, c’est-à-dire sous contrôle politique indien.

Les relations avec la France se tendent encore lorsque le ministre Marius Moutet chargé du dossier, déclare que les « établissements de l’Inde sont partie intégrante de la République et [que] l’on ne peut admettre, même à échéance très lointaine, l’éventualité d’un rattachement avec l’Inde. »

Mais la France, déjà engagée dans une guerre en Indochine, ne peut se permettre une crise majeure avec l’Inde, ce qui pousse le ministre des affaires étrangères, Georges Bidault, à faire prévaloir la négociation.

Le 28 juin 1948, la France s’engage à restituer les comptoirs à l’Inde après référendum dans chacun d’entre eux. Chandernagor, située dans la banlieue de Calcutta organise immédiatement celui-ci, ce qui aboutit à la cession de la ville à l’Inde dès août 1949. La situation est plus compliquée dans les autres comptoirs, car le gouvernement indien met en place un blocus douanier et policier qui interdit toute relation entre les différents comptoirs. Le gouvernement indien durcit encore sa position en exigeant la cession pure et simple des comptoirs, ce que le gouvernement français refuse par crainte d’un effet de contamination sur l’Indochine.

Le blocage dure de 1952 à 1954 alors que la situation se dégrade, puisque le parti socialiste local se transforme en Congrès de la libération et constitue un gouvernement provisoire de l’Inde française libérée.

Les nationalistes indiens récupèrent Yanaon le 13 juin 1954 et Mahé le 16 juillet alors que Pondichéry « résiste » encore grâce à l’envoi par le gouvernement Laniel de 50 gardes mobiles, ce qui provoque une très vive protestation de l’Inde.

Le nouveau gouvernement français de Pierre Mendès France tente de sauver la face : le référendum rejeté par l’Inde est remplacé par une consultation des conseillers municipaux qui votent le rattachement à l’Inde par 170 voix contre 8. Ce vote est complété par un accord franco-indien, non publié au Journal Officiel, qui prévoit la prise en charge de l’administration des comptoirs par le gouvernement indien. Ce vote est suivi d’un traité signé le 28 mai 1956 qui entérine la cession de souveraineté.

Le gouvernement du général de Gaulle, revenu au pouvoir en 1958, fait patienter l’Inde jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie pour faire ratifier le traité par le Parlement (août 1962).

Pendant une période de six mois, les habitants des comptoirs ont la faculté d’opter pour la nationalité indienne ou française, selon leur domiciliation au moment du transfert, et suivant les modalités du traité, ou de ne rien faire ce qui entraîne la perte de l’ancienne nationalité.

Trois siècles de présence française s’achèvent ainsi après une longue période de transition vers l’indépendance. L’Union indienne devenue officiellement indépendante en 1947 aura mis presque dix ans pour récupérer cette petite enclave française.

L’historien Charles-Robert Ageron (historien spécialiste de la décolonisation) jugeait sévèrement cette longue période de transition vers l’indépendance : « les établissements français, qui auraient pu constituer des plates-formes naturelles d’expansion culturelle et commerciale, furent liquidés sans compensation, au terme d’un combat retardateur imposé par l’incapacité des gouvernements à tourner la page. »

Aujourd’hui, Pondichéry reste une ville à part dans le vaste paysage indien. Les traces du passé demeurent toujours visibles : le français côtoie le tamoul sur les pancartes des rues ; les gendarmes portent haut leur képi rouge ; le lycée français, avec ses 1300 élèves est le plus important des établissements de cette région ; une boulangerie fabriquant des baguettes et des chocolatines fournit chaque jour les Franco-pondichériens, et il n’est pas rare de trouver quelqu’un qui, dans la rue, salue les Français de passage d’un « bonjour messieurs-dames ! ».

Remerciement aux collectionneurs passionnés pour les illustrations.
Monnaies et Détections, n°82, juin-juillet, « La monnaie des comptoirs de l’Inde française (Pondichéry), 1ère partie », pp. 36-41
Monnaies et Détections, n°84, octobre-novembre, « La monnaie des comptoirs de l’Inde française (Pondichéry), 2nde partie », pp. 30-33
Numibec, n°3, janvier 2016, « La monnaie des comptoirs de l’Inde française (Pondichéry) », p. 32-49

Le monnayage carolingien des Ducs de Normandie

Pourquoi et comment les monnaies des Ducs de Normandie ont-elles été créées?

La formation du duché de Normandie

Charlemagne meurt en 814. Il laisse un véritable empire : en moins de cinquante ans, cet empire, partagé entre les successeurs de Louis le Pieux, a éclaté. Les royaumes qui subsistent évoluent au gré des conflits, des ententes et des partages, avec la pression des envahisseurs normands.

Après le décès de Louis II le Bègue en 879, le royaume carolingien est divisé en trois, suite au partage de Ribemont (880) : à l’Ouest, est créée la Francie occidentale dirigée par Charles III le Simple, petit-fils de Charles le Chauve, et à l’Est, est créée la Francie orientale dirigée par Louis III le Jeune et Carloman ; une petite partie du royaume de Louis II est prise pour créer la Basse Bourgogne, une entité politique indépendante.

La partie Nord-Ouest de la Francie occidentale qui sera le futur territoire de la Normandie, entre 800 et 911, est une zone d’implantation scandinave. Cet espace sert de lieu de passage et d’échanges. En 840, d’importants groupes de Normands s’installent durablement. En 880, lors de la signature du Traité de Ribemont, c’est le Normand Rollon qui dirige ces groupes (Selon le moine Dudon de Saint Quentin qui a écrit un ouvrage intitulé Sur les mœurs et les actes des premiers ducs de Normandie, Xe siècle). Il est Jarl (duc de guerre) des Normands.

En 911, Charles III le Simple, toujours roi de Francie occidentale, décide de passer un accord avec le Normand Rollon : le Traité de Saint-Clair-sur-Epte est signé entre les deux hommes. Le Comté de Normandie est donc créé, il va prendre le nom de Duché de Normandie car son dirigeant, Rollon, est duc de guerre (dux bellorum).

Rollon s’engage à protéger ce vaste territoire qui s’étend de la Basse-Normandie actuelle à la Bretagne, face aux attaques fréquentes des Vikings. Charles le Simple perpétue par ce traité, une tradition inaugurée par Charlemagne, soit la division de son territoire en comtés, ce qui lui permettait de facilliter la gestion d’un aussi vaste territoire. En effet, le territoire de la Francie occidentale, une partie de l’immense empire carolingien divisé après le décès de Charles II le Chauve en 877, s’étend des côtes de la Mer du Nord aux contreforts pyrénéens ariégeois. Avoir une aide pour protéger quotidiennement les territoires du Nord, facilite la charge du pouvoir. Durant une période de cinquante ans, la situation politique est très instable non seulement à cause des attaques incessantes des Vikings mais aussi à cause des querelles d’héritage.

Rollon, premier duc de Normandie, va protéger le territoire de la Normandie jusqu’à sa mort. Son fils, Guillaume Ier -Longue-Epée hérite du comté de Normandie, en 927. C’est à partir du règne de Guillaume Ier que commencent à apparaître les premières monnaies en argent. Ces dernières vont se développer sous les règnes de ses successeurs : Richard Ier, Richard II (Richard II sera le premier à afficher son titre de DVX sur ses monnaies), Richard III, Robert Ier le Magnifique et sous celui du fils illégitime de celui-ci, Guillaume le Bâtard, futur Guillaume le Conquérant, légitimé par testament en 1035.

Guillaume le Bâtard, après la mort de son cousin éloigné, Edouard Ier le Confesseur, roi d’Angleterre qui n’a pas de fils, va devoir se battre pour conquérir le trône anglais, selon le souhait d’Edouard Ier. Cela fait qu’à partir de 1066, avec Guillaume le Conquérant, les ducs de Normandie sont également rois d’Angleterre.

Le duché de Normandie est en situation de Marche-frontière entre les royaumes anglais, germanique et danois. Les ducs doivent avant tout assurer la protection du territoire normand puis du reste de la Francie occidentale face aux raids des Vikings et des Danois.

Le terroir normand fait partie des terroirs les plus prospères de l’époque : important terroir agricole pour la production de vin, de céréales mais aussi pour la production de plantes textiles. La Normandie est au cœur d’une grande zone de production et d’échanges où les relations commerciales entre la Francie occidentale, les royaumes anglo-saxons et le royaume du Danemark sont intenses. C’est donc dans un territoire où les activités commerciales sont importantes que prend place la lente évolution du numéraire normand.

L’évolution du denier carolingien du duché de Normandie

Historique des monnaies de Francie occidentale

Cette évolution s’explique par l’importance de plus en plus croissante des échanges en monnaie sonnante et trébuchante. Si pendant longtemps, les échanges au sein de l’empire carolingien se sont réduits à un paiement des taxes en monnaie réelle, les échanges commerciaux entre les populations se sont basés sur le système du troc.

Charlemenagne et ses successeurs avaient intensifié la monétarisation des échanges ainsi que l’harmonisation des poids et mesures royaux puis impériaux. Sous les Carolingiens, le système de la livre d’argent, du sou et du denier s’étend à toute l’Europe occidentale (Le système carolingien fonctionne comme suit : 1 livre = 20 sous = 240 deniers ; 1 sou = 12 deniers. Ce système monétaire sera aboli en France par la Révolution avec la création du franc germinal par Napoléon Ier, puis en Angleterre en février 1971 !). La seule monnaie qui circule est le denier en argent. La livre de Charlemagne pèse 409 gr et donne, après la réforme monétaire de 794, un denier d’argent ayant un poids de 1.70 gr pour un titre de 800‰. Cette monnaie carolingienne est essentiellement tournée vers l’espace commercial du Nord où la livre germanique pèse seulement 244.5 gr. Le denier sert de monnaie commune : son nom est per denarata, soit une monnaie pour la denrée. On échangeait donc un denier pour recevoir une denrée.

Les deniers frappés dans les ateliers officiels comme Melle ou Rouen sont tous du même poids et titre (1,54 gr ; 950‰ (Le denier d’argent est moins lourd mais plus titré que sous Charlemagne.)), jusqu’au milieu du règne de Charles le Chauve. Cependant, par la suite, on assiste à un changement du poids et titre dû à l’Edit de Pîtres de 864, en fonction des dévaluations.

Le monnayage officiel connaît de nombreuses dévaluations qui conduisent le denier à ne plus peser que 1.25 grammes à la fin du Xe siècle (F. Dumas, Le Trésor de Fécamp et la monnaie sous les derniers carolingiens, Compte-rendus des séances de l’Académie des Belles-lettres, 115e année, N°3, 1971, p. 576 ) et son titrage est proche des 750‰.

Ce monnayage de Charles le Chauve (pièce n°1) sert de modèle aux monnaies régionales, donc à celles du Duché de Normandie.

Les monnaies normandes

Les frappes monétaires normandes commencent avec les deniers du deuxième duc de Normandie, Guillaume Ier-Longue-Epée, qui reprend à son compte le monnayage de Charles le Chauve et continuent avec le troisième duc, Richard Ier Sans Peur, fils de GuillaumeLongue-Epée (ateliers de Rouen et d’Evreux). Ces premières monnaies présentent un titre et un poids proches du denier royal de Charles III le Simple, de celui de Robert Ier, de Raoul et de Louis IV d’Outremer. Ainsi, le revers du denier de Richard Ier est une déformation du temple carolingien dont les colonnes en I ont été remplacées par un X et dont les degrés sont réduits à un simple trait (Il existe des deniers avec un point dans le fronton, et d’autres sans point dans le fronton comme celui-ci.). Cette reprise du monnayage officiel permet aux ducs d’asseoir leur légitimité sur un territoire juste donné (Traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911, complété par un autre traité qui octroie aux ducs de Normandie le droit de battre leur propre monnaie, en 943 (Poey d’Avant, Les monnaies féodales, Tome 1, Paris, Editions des Chevaux légers, 2002, p. 17. )).

Le droit monétaire, réservé jusque-là à l’autorité royale, se retrouve donc dans les mains des comtes et des évêques devenus de plus en plus indépendants vis-à-vis de l’autorité royale. Cette volonté d’affirmation politique vis-à-vis de l’autorité royale passe par l’accaparement du droit de battre monnaie. Ce droit qui appartenait uniquement à l’autorité carolingienne est donc de plus en plus accaparé par les ducs mais aussi par les évêques.

Chacun agit librement dans son domaine puisque le champ d’action monétaire est limité à un territoire précis. Ainsi, chacun peut développer son propre système monétaire en copiant le type royal et en lui associant un poids et un titre indépendants. C’est dans ce contexte politique et économique en mutation que prend place une lente évolution du monnayage local. Ainsi, le Trésor monétaire de Fécamp recense de très nombreuses monnaies provenant de l’atelier de Rouen (6044 deniers d’argent). Ces deniers de Rouen affichent un titre et un poids de plus en plus élevés : F. Dumas, spécialiste du Trésor de Fécamp, explique que les deniers de Rouen pesaient entre 1,25 gr et 1,42 gr avec un titre d’argent variable (Le British Museum confirme les dires de F. Dumas et précise même que certains deniers d’argent autres que ceux du Trésor de Fécamp pouvaient dépasser le titre de 800‰.) qui oscillait entre 500‰ et 800‰.

Pouvoirs commercial, politique et religieux à travers le monnayage

Si l’on compare les deniers normands de Richard Ier, Richard II et Guillaume le Bâtard (pièces 2, 3 et 4), on s’aperçoit que leurs poids et titres restent toujours supérieurs aux deniers d’argent officiels, royaux. De plus, si l’on reprend l’affirmation de Ch. Moesgaard Jens (Moesgaard Jens Christian. « Monnaies normandes dans les régions baltiques à l’époque viking ». In : Revue numismatique, 6e série – Tome 161, année 2005, pp. 123-144.), «le monnayage argent des ducs normands sert de base dans les échanges entre les Normands et les peuples scandinaves». Des deniers immobilisés (qui ne varient pas en poids, taille et gravure) au type de Richard Ier (pièces n°2) et Richard II (pièce n°3) ont été retrouvés en Ecosse ainsi qu’au Danemark. Le chercheur explique que le denier normand per denarata présente une base sûre pour le change commercial.

L’historien L. Musset (Musset Lucien, « Sur les mutations de la monnaie ducale normande au XIe siècle : deux documents inédits ». In : Revue numismatique, 6e série – Tome 11, année 1969, pp. 291-293. Il confirme les propos de Poey d’Avant, auteur des monnaies féodales, T. 1, Paris, Editions Les chevaux légers, 2002, p. 17-33) confirme aussi cela. Il met en avant que l’usage du denier argent a été recquis pour la création de l’assiette de la taxation. Les ducs de Normandie obtiennent le droit de fouage ou monnéage, c’est-à-dire le droit de créer un impôt triennal de douze deniers par foyer, sous la condition unique que le denier ne soit plus altéré ni en poids, ni en titre. Cette non-dévaluation transforme le denier normand en valeur sûre pour le commerce. Il devient alors une monnaie de base pour le change de produits dans le cadre de relations commerciales intrabaltiques et interbaltiques.

En effet, entre les années 930-980, les structures du commerce en Europe du Nord changent, favorisant l’émergence d’une monnaie argent forte : le denier normand. Le commerce du Nord est basé sur l’échange de produits de luxe comme le vin et les textiles d’Occident contre des esclaves et des fourrures venus du Nord. Petit à petit, ce système du troc se monétarise grâce à l’apport des commerçants normands qui assurent une liaison constante entre les deux mondes : monde carolingien, héritier de Rome, et monde scandinave. Les sagas noroises relatent l’évolution des échanges entre les territoires méridionaux de la Baltique et ceux septentrionaux de cet espace maritime où les échanges commerciaux s’intensifient.

En parallèle de cette évolution tant commerciale que monétaire en Normandie, on assiste aussi à une lente évolution des rapports entre deux grandes autorités au sein du territoire normand. Le pouvoir politique ducal s’associe de plus en plus au pouvoir spirituel, copiant ainsi le modèle royal. La frappe de denier faisant la référence à un double monnayage associé entre l’autorité ducale et celle d’un monastère est courante. Cette association se révèle largement sur les revers et avers des deniers normands. Ainsi, il est courant de voir représenté sur l’aver,s le nom du duc et sur le revers, celui de la ville où se situe l’évêché ou l’archevêché. Le foisonnement des croix et des temples carolingiens montre le lien de plus en plus étroit entre Religion et pouvoir ducal.

Ainsi, l’archevêque de Rouen, Hugues de Cavalcamp (942-989) se fait représenter au revers du denier de Richard Ier (pièce n°5), son but étant de promouvoir son pouvoir politique sur la ville de Rouen, mais aussi son pouvoir religieux qu’il associe alors au pouvoir politique naissant des Ducs de Normandie.

Le denier de Richard Ier et de Hugues de Cavalcamp, permet de comprendre le lien de plus en plus ténu entretenu entre pouvoir politique, pouvoir religieux et, chose importante pour l’époque féodale, pouvoir commercial. En effet, l’archevêché de Rouen est aussi un centre commercial qui, grâce à la tonlieu (taxe religieuse sur les marchandises) et aux taxes prises sur les denrées vendues sur les marchés, devient un lieu d’échanges primordial. Le palais ducal de Fécamp (Renoux Annie, « Le palais des ducs de Normandie à Fécamp : bilan récent des fouilles en cours ». In Compte-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 126e année, N. 1, 1982. pp. 6-30. ), est richement décoré grâce aux taxes et revenus tirés des différents marchés et foires organisés sur le territoire normand, selon l’archéologue A. Renoux.

Ce même constat peut être réalisé si on regarde la décoration des chapelles et églises carolingiennes. Le développement des monastères et le mouvement d’évangélisation liés à la Réforme grégorienne conduisent à une mainmise de plus en plus importante des religieux sur les échanges commerciaux normands.

L’évolution de la monnaie des Ducs de Normandie montre que les Normands copient le type officiel pour le rendre méconnaissable. L’immobilisation des types royaux favorise donc l’émergence d’un type monétaire plus indépendant vis-à-vis du pouvoir royal. Le numismate érudit Poey d’Avant, dans son ouvrage, affirme cette volonté d’indépendance des monnaies locales face à une autorité royale en plein délitement.

Il présente les émissions monétaires normandes successives comme «une vile manière pour les ducs de Normandie de faire un acte de propagande pour asseoir définitivement leur pouvoir sur ce territoire de frontière». Cependant, si on regarde avec attention les émissions de Richard II et de Guillaume le Bâtard ou le Conquérant, duc de Normandie (pièce n°4) et ensuite, aussi roi d’Angleterre, on peut affirmer que les ducs de Normandie ont appliqué la même méthode que les autres comtes de la même époque et que les deniers normands ne sont en rien des formes «abatardies» des deniers carolingiens (Cf. Musset L, Dumas F, Moesgaard Jens Chr. ).

L’évolution des monnaies «à caractère carolingien» des Ducs de Normandie s’est déroulée sur une période d’environ un siècle de Guillaume-Longue-Epée, 927, à Guillaume le Bâtard, 1035.

Le monnayage normand carolingien est transformé au XIe siècle avec Guillaume le Bâtard, devenu Guillaume le Conquérant en 1066, qui introduit un nouveau type monétaire dit «féodal» copie du denier d’argent anglais : penny (pièce n°6). Ce denier royal utilisé en Angleterre l’est aussi dans le Duché de Normandie où il croise le denier ducal (pièce n°4) toujours en circulation.

En 1204, suite à une guerre (1194-1204) contre le Duc de Normandie Jean sans Terre (Geoffroy Plantagenêt épouse Mathilde d’Angleterre la fille d’Henri Ier, fils de Guillaume le Conquérant. Ils ont un fils Henri II Plantagenêt, qui est donc l’arrière-petit-fils de Guillaume le Conquérant. Geoffroy meurt laissant la régence à Mathilde et Etienne de Blois, cousin germain de Mathilde et petit-fils de Guillaume le Conquérant. Etienne évince Mathilde et le jeune Henri, futur Henri II qui se refugient en France. Adulte, Henri revient en Angleterre pour servir son cousin Etienne et le convaincre de le reconnaître comme son héritier légitime. Etienne meurt en 1154 et légitime par testament Henri II Plantagenêt. Jean sans Terre est le fils d’Henri II Plantagenêt et d’Aliénor d’Aquitaine. Il est le frère de Richard Cœur de Lion, le roi d’Angleterre. Fin 1194, Richard qui avait été fait prisonnier au retour de sa troisième croisade est libéré. Il revient en Angleterre et envoie son frère en Normandie pour pacifier le Duché car les barons locaux sont divisés. Jean sans Terre prend le titre de Duc de Normandie le 6 avril 1199 après la mort de Richard. Le 27 mai 1199, il devient roi d’Angleterre.) devenu roi d’Angleterre, le Duché de Normandie échappe définitivement à la couronne anglaise. Il est annexé par le roi de France Philippe II Auguste qui impose sa monnaie royale (pièce n°7) inspirée de ses ancêtres capétiens.

 

Isabelle Lerquet

Remerciements à Régis Najac, au British Museum et au site CGB.

 

Monnaies et Détections, n°74, février-mars 2014, « Le monnayage carolingien des Ducs de Normandie », pp. 37-41
Numibec, n°4, avril 2014, « Le monnayage carolingien des Ducs de Normandie », p.20-27
Numismatique et Change, n°470, septembre 2015, « Le monnayage carolingien des Ducs de Normandie », p. 42-45

De la monnaie de l’empereur moghol Shah Jahan aux euros commémoratifs du Taj Mahal

Square Mohur or, de l’empereur moghol Shah Jahan

 

Roupie du règne de Shah Jahan (1627-1658), le bâtisseur du Taj Mahal, Empereur Moghol, Inde du Nord / Pakistan ; Diamètre : 20 mm ; poids : 11, 23 gr ; métal : argent.

Inscriptions persanes sur les deux côtés, avec le jour et le mois (mois de Sahrivar = 6ème mois du calendrier persan).

De 1526 à 1857, règne en Inde la dynastie moghole, une lignée d’empereurs musulmans.

Babour (Dynastie moghole babouride de 1526 à 1707 : Babour : 1526-1530 ; Humayun : 1530-1556 ; Akbar : 15561605 ; Jahangir : 1605-1627 ; Shah Jahan Ier : 1627-1658 ; Aurangzeb : 1658-1707), le premier empereur moghol était, par son père, un descendant du conquérant turque Rimor, et par sa mère, le descendant du conquérant mongol Gengis Khan.

Babour envahit le Nord de l’Inde par l’Afghanistan, bat le souverain de Delhi, le Sultan Ibrahim Lodi, en 1526 et s’établit aux alentours d’Agra où il fonde l’Empire Moghol sur les ruines du Sultanat de Delhi.

En 1627, son arrière-arrière-petit-fils, Shah Jahan (En 1638, il reconstruit une nouvelle capitale à Delhi.) succède à son père Jahangir, puis est proclamé empereur en 1628. Il réside à Agra, la ville la plus prospère et la plus richement décorée, de l’un des empires les plus étendus du monde médiéval.

Auparavant, vers 1608, Shah Jahan a rencontré Arjumand Bânu Begam, lors d’un banquet. Ils sont alors seulement âgés de 16 et 15 ans. Dès le premier regard, le prince et la jeune fille tombent amoureux. Ils ne se marient cependant que le 27 mars 1612. C’est un véritable mariage d’amour. La jeune fille, alors âgée de 19 ans, devient la troisième épouse de Shah Jahan et sa favorite. Elle prend alors un nouveau nom : Mumtaz Mahal qui signifie en persan «La Lumière du Palais».

Mumtaz Mahal est née en avril 1593 à Agra, dans une famille noble d’origine iranienne. Son père Asaf Khan III, est le frère de Nur Jahan, mère de Shah Jahan et épouse de Jahangir, le père de Shah Jahan. Elle est donc la cousine germaine de Shah Jahan.

Elle est renommée pour sa beauté et chantée par les poètes, de son vivant.

A partir de son mariage, Shah Jahan éperdument amoureux, qui est polygame selon la coutume musulmane, va devenir quasiment monogame.

Mumtaz Mahal accompagne son époux dans ses visites de l’Empire ainsi que dans ses campagnes militaires. C’est au cours de l’une de ces dernières, contre les Lodi dans le Dekkan, qu’elle meurt, à Burhanpur, en donnant naissance à son quatorzième enfant, le 17 juin 1631. Elle est inhumée temporairement dans les jardins de Zainabad à Burhanpur. Désespéré, Shah Jahan décide de faire construire près d’Agra, un mausolée, pour servir de tombeau et rendre hommage à la défunte : ce sera le Taj Mahal.

Le 11 décembre de la même année, Mumtaz Mahal est alors transférée et inhumée dans ce mausolée, bien que non achevé.

On raconte que Mumtaz Mahal, sur son lit de mort, aurait eu deux souhaits. Le premier – que son mari n’eut jamais d’autres enfants avec d’autres femmes – le second – que celui-ci fasse édifier un palais en souvenir de leur amour -.

Son époux décèdera le 31 janvier 1666, et sera inhumé à son tour dans le Taj Mahal auprès d’elle, selon la décision de leur fils, Aurangzeb. Aurangzeb est le troisième fils de Shah Jahan et Mumtaz Mahal. Son frère aîné, Dara Shikoh, était le successeur désigné. En 1657, Shah Jahan tombe malade. Aurangzeb en profite pour attaquer Dara qui perd et est tué. Aurangzeb prend donc le pouvoir en 1658. Ce musulman intégriste fait alors enfermer son père, jusqu’à sa mort en 1666, dans une tour du fort d’Agra qui donne sur le Taj Mahal. Les frères survivants d’Aurangzeb se rendent maîtres de territoires annexes. Commence alors la lente division de l’Empire moghol.

Le Taj Mahal

Le Taj Mahal qui signifie en persan «Palais de la Couronne» est un mausolée situé près d’Agra, sur la rive sud du fleuve Yamuna. Il est considéré comme un joyau de l’architecture moghole. Sa construction commence en 1631. L’inscription sur la grande entrée principale indique 1648 comme date de fin des travaux. Mais des incertitudes demeurent sur la date de fin de construction qui aurait pu aller jusqu’en 1654.

Ce magnifique et imposant palais est construit en marbre blanc, ce qui lui vaut le surnom de «La Perle blanche de l’Inde». Les plus grands architectes venus de Perse, d’Europe et de l’Empire Ottoman, ont été mis à contribution.

Le Taj Mahal mesure une centaine de mètres de large pour 56 mètre de haut. Sa coupole culmine à 137 mètres. Ce bâtiment est une des sept nouvelles merveilles du monde. Il aura fallu quelques 20 000 ouvriers et plus de 20 ans pour achever cet édifice.

Plus de 1000 éléphants sont employés pour transporter les matériaux : marbre blanc, jaspe, turquoise, malachite, lapis-lazuli, corail, cornaline, onyx, grenats, agate, cristal de roche, etc. environ 28 types de pierres fines ou ornementales polychromes ont été utilisées pour composer les motifs de marqueterie incrustés dans le marbre blanc.

Le monument se reflète dans l’eau. Le jardin qui mène au Taj Mahal reprend la description de la Plaine du Paradis donnée dans le Coran : quatre rivières d’eau, de lait, de vin et de miel qui aboutissent à un verger (ce verger sera détruit par les Britanniques).

Ce magnifique mausolée est protégé par l’UNESCO depuis 1983.

Cette histoire «d’amour éternel» laissa son empreinte dans l’imaginaire indien, surtout dans le nord de l’Inde et s’étendit par la suite dans le monde entier.

Jacques Guerlain créa en hommage à la princesse indienne, Mumtaz Mahal, son parfum Shalimar, élaboré en 1921, mais qui fut présenté en 1925 lors de l’Exposition internationale des arts décoratifs de Paris, au Grand Palais. Ce parfum est toujours produit.

En 1992, Lady Di se fit photographier seule et triste, devant le Taj Mahal lors d’une visite officielle en Inde, rendant hommage à ce couple princier réuni même dans la mort et qui fait toujours rêver les foules.

La Monnaie de Paris, après avoir commémoré, dans la série consacrée au patrimoine mondial de l’UNESCO, la Grande Muraille de Chine en 2007, le Grand Canyon en 2008 et le Kremlin de Moscou en 2009, décida en 2010 de mettre à l’honneur le Taj Mahal indien, en créant une pièce tout à fait inédite, véritable œuvre d’art.

Cette monnaie de 1 kg d’or (titre : 900‰), de 85 mm de diamètre et d’une valeur faciale de 5000 euros, frappe médaille, Belle Epreuve, a été fabriquée à 29 exemplaires. Le dôme du Taj Mahal, représenté sur l’avers, est pavé de 68 diamants sertis un à un sur chaque pièce par le grand joailler français de renommée internationale : Cartier.

Le prix public de chaque pièce est de 100 000 euros !

Chacune de ces 29 pièces est une véritable prouesse artistique. Les maîtres graveurs de la Monnaie de Paris ont dû mettre en œuvre tout leur savoir pour dessiner et reproduire les courbes du palais indien. Les ateliers de haute joaillerie de la Maison Cartier se sont installés temporairement dans les locaux de la Monnaie de Paris pour le sertissage des 68 diamants du dôme, travail de haute précision. Les graveurs ont entrepris un long travail de recherche graphique pour la mise au point de l’avers de la pièce. Le maître-graveur a ensuite réalisé un plâtre pour révéler les reliefs du motif. A partir de ce plâtre, un gabarit en laiton a été conçu pour obtenir le coin qui laisse apparaître le modèle en creux.

La Maison Goyard, fournisseur reconnu et recherché par les plus grands Maharajas indiens à l’époque de leur splendeur, a été mise à contribution pour la fabrication d’un luxueux écrin pour cette pièce, mi monnaie – mi œuvre d’art.

Cette monnaie d’exception a été présentée en grande pompe à la Monnaie de Paris, fin novembre 2010, lors d’une belle cérémonie. Parmi les invités, l’ambassadeur d’Inde en France, Ranjan Mathai, était présent, ainsi que la Maison Cartier qui avait convié ses clients les plus importants. Au milieu de la salle d’exposition, sous une vitrine, trônait la première pièce de 1 kg d’or frappée pour l’occasion. Orient et Occident s’étaient mêlés pour créer une véritable œuvre d’art qui illustrait parfaitement les fastes et la magnificence de l’Inde des Maharajas et sublimait la passion des deux souverains Mumtaz Mahal et Shah Jahan.

Quatre autres valeurs faciales inférieures, frappe médaille, Belle Epreuve, ont été déclinées (sans diamants) : 99 exemplaires en or de 500 euros (920‰ ; 155,5 gr ; 50 mm), 1000 exemplaires en or de 200 euros (920‰ ; 31.04 gr ; 37 mm) ; 1000 exemplaires en or de 50 euros (920‰ ; 8,45 gr ; 22 mm) et 10 000 exemplaires en argent de 10 euros (900‰ ; 22, 2 gr ; 37 mm).

10 euros argent Taj Mahal

Ce magnifique mausolée est actuellement en péril. La pollution grandissante dans ce grand pays en plein développement qu’est devenu l’Inde, a commencé son œuvre destructrice.

 

 

Monnaies et Détections, n°76, juin-juillet, « De la monnaie de l’empereur moghol Shah Jahan aux euros commémoratifs du Taj Mahal », pp. 30-32

Numibec, n°1, janvier 2015, « De la monnaie moghol Shah Jahan aux euros commémoratifs du Taj Mahal », p. 5-9

Le monnayage colonial français

Le monnayage atypique de la Nouvelle-France

monnayage_colonial_francais_image1L’histoire coloniale de l’Amérique commence peu après la découverte du Nouveau Monde par les Européens (Christophe Colomb en 1492).

Les Espagnols et les Portugais se partagent les nouveaux territoires découverts. Les autres pays européens en sont exclus.

monnayage_colonial_francais_image2

L’actuel territoire américain devient rapidement un enjeu international : les grandes puissances coloniales occidentales se lancent dans l’exploration et la conquête du Nouveau Monde puis bâtissent de vastes empires coloniaux qui finissent le plus souvent par être absorbés militairement et politiquement par d’autres empires.

Un essai de colonisation en Floride est mené de 1562 à 1565.

En 1562, des Huguenots français créent un territoire colonial éphémère en Floride. René de Goulaine de Laudonnière y fonde un premier fort nommé Charlesfort en l’honneur de Charles IX en 1562 et un second bastion, le Fort Caroline, le 22 juin 1564.

Après trois expéditions infructueuses (1562, 1564 et 1565), la France renonce à coloniser la Floride, suite au massacre de la colonie française par les Espagnols qui n’acceptent pas l’arrivée des Français (René de Goulaine de Laudonnière s’en sortira vivant. Il s’installe à La Rochelle en 1566. Il échappe aux massacres de la Saint-Barthélémy (1572) et meurt à Saint-Germain-en-Laye, en France, en 1574).

Il faudra attendre le XVIIIe siècle pour revoir les troupes françaises en Floride, avec la prise de Pensacola de 1719 en Floride espagnole et jusqu’à l’abandon de Pensacola par les Français en 1726.

La Nouvelle-France fait partie du tout premier empire colonial français (1534-1763).

Cette première colonie plus précisément, vice-royauté du royaume de France, se situe en Amérique du Nord. Elle est d’abord une colonie-comptoir administrée par des compagnies de commerce coloniales, puis une colonie de peuplement sous le gouvernement royal du Conseil souverain. Sa capitale est Québec.

Le territoire de la Nouvelle-France représente près du tiers de l’Amérique du Nord. Il est constitué des colonies suivantes : le Canada, l’Acadie et la Louisiane.

À son apogée, il comprend ainsi le bassin versant du fleuve Saint-Laurent, des Grands Lacs et du Mississippi, le nord de La Prairie, et une grande partie de la péninsule du Labrador.

La position géographique de la Nouvelle-France empêche l’expansion vers l’ouest des colonies britanniques d’Amérique du Nord, alliées aux amérindiens Iroquois, ainsi que le ralliement des treize colonies à la Terre de Rupert (actuelle Baie d’Hudson).

Ceci va entraîner de nombreuses tensions qui culmineront avec l’affaire Jumonville en 1754, événement déclencheur de la guerre de la Conquête qui se soldera par la reddition de la Nouvelle-France en 1760, puis par le traité de Paris de 1763.

La conquête de la Nouvelle-France

Dès le XVIe siècle, la Nouvelle-France attire les conquérants et les négociants européens.

En 1534, pour le compte du roi de France François Ier1 , Jacques Cartier explore la baie des Chaleurs au Canada, qui deviendra la plus importante des colonies de la Nouvelle-France. Il y rencontre des nations autochtones (Micmacs) et y fait, en tout, trois voyages.

 

monnayage_colonial_francais_image3

Les coureurs des bois (trappeurs) entreprennent la traite des fourrures ou pelleterie (castors notamment) pendant la seconde moitié du XVIe siècle. En raison de problèmes causés par cette traite, le roi Henri IV accorde des monopoles de traite à des groupes de marchands à partir de 15882 , dans le but de financer la colonisation des Amériques entreprise tardivement en raison des guerres de religion.

Ce n’est qu’en 1600 que le premier comptoir commercial permanent est établi à Tadoussac.

En 1603, Samuel de Champlain, sur la pointe Saint-Mathieu, conclut un traité d’établissement au Canada avec les tribus amérindiennes : Montagnais, Malécites et Micmacs. Des colons français s’y implantent alors de façon permanente après la fondation de la ville de Québec en 1608.

monnayage_colonial_francais_image4

La vallée du Saint-Laurent devient désormais le cœur d’un développement colonial maritime, avec pour centre le cap Diamant et l’île d’Orléans, séparés par la baie de Beauport.

La Nouvelle-France est une vice-royauté et à tour de rôle, de hauts personnages de la Cour sont nommés vice-roi de Nouvelle-France.

En avril 1663, Louis XIV établit une institution le Conseil souverain de la Nouvelle-France (ou Conseil supérieur de Québec) qui réside dans la colonie.

La création de ce conseil signe la fin du contrat de la Compagnie de la Nouvelle-France, mise sur pied par le cardinal Armand de Richelieu, qui avait failli, selon les vue royales, à sa tâche d’établir une colonie de peuplement en Amérique.

Les trois principaux personnages à y siéger sont le gouverneur, l’évêque et l’intendant. Des conseillers les assistent dans leur tâche.

monnayage_colonial_francais_image5

L’intendant préside les délibérations. Tous les membres répondent au Secrétaire d’État à la Marine de la France. Ceux-ci sont choisis parmi la noblesse française. Le Conseil souverain comprend en plus neuf fonctionnaires, entièrement responsables de tous les sujets législatifs, exécutifs et judiciaires.

L’intendant est responsable des affaires civiles, incluant l’administration de la justice et le développement du régime seigneurial, des finances et du commerce.

Cinq conseillers servant de Cour d’appel, forment la plus haute cour de justice en Nouvelle-France. (Le nombre des conseillers passe à 12 à partir de 1703.)

Les capitaines de milice ont le rôle de faire le recensement et d’informer les habitants des plans de l’intendant pour le développement de la colonie et de rendre compte des soucis de la population.

L’évêque a, quant à lui, la commande des affaires religieuses, comprenant la charité, l’éducation, les hôpitaux et la conversion des Amérindiens.

Le gouverneur de ce régime est le représentant direct du roi de France. Il est responsable de la défense et des relations diplomatiques

Le Conseil souverain peut émettre des règlements de police mais avec le temps, il devient presque exclusivement un tribunal d’appel.

Par un édit du 5 juin 1675, le Conseil souverain est réorganisé. Il est assimilé aux parlements du royaume et ses membres sont nommés à vie par commission royale.

Le 16 juin 1703, le nombre de conseillers est révisé et passe à 12. À partir de cette date, le roi de France ne désigne plus l’institution que sous le nom de Conseil supérieur. L’usage des expressions Conseil supérieur de la Nouvelle-France, Conseil supérieur de Québec ou simplement Conseil de Québec est fréquent. Conseil souverain du Canada est aussi parfois employé.

Cette structure gouvernementale dure jusqu’à la chute de la Nouvelle-France en 1760. Sa dernière réunion a lieu le 28 avril 1760, le jour même de la bataille de Sainte-Foy.

Le Canada relève directement du gouverneur de la Nouvelle-France qui siège à Québec. Cependant, la colonie connaît la création de trois gouvernements régionaux distincts : celui de Québec (1608), des Trois-Rivières (1634) et de Montréal (1642).

La région des Pays d’en Haut comprend le bassin versant des Grands Lacs, dont les forts de Pontchartrain (Détroit) et Michillimakinac (Sault-Sainte-Marie) forment à peu près les uniques pôles de peuplement français après la destruction de la Huronie.

Le Canada correspond aujourd’hui globalement au Québec ainsi qu’à différentes parties de l’Ontario et du Manitoba et aux États du Michigan, de New York, de l’Ohio et de Pennsylvanie. Par suite de la conquête de 1759, son patrimoine a évolué à travers le nationalisme « ancien canadien » de la Province de Québec et du Bas-Canada, auquel s’est ensuite substituée l’identité canadienne française, puis québécoise.

Lors du premier recensement effectué en Nouvelle-France, en 1666, on compte 3 215 Européens dans la vallée du Saint-Laurent.

C’est en 1664 que débarquent les premières Filles du Roy, huit cents Filles venues de France et éduquées à Paris par la fine fleur de l’aristocratie française.

monnayage_colonial_francais_image6

Elles s’installent à demeure en Nouvelle-France jusqu’en 1673, représentant un apport de près de 25 % de la population en place. 9 ans après les premières arrivées, la population double pour un total de « 6 700 âmes en 1672 » ; elle triple en 1682, moins de 18 ans après l’arrivée des premières Filles du Roy, pour un total de 10 000 âmes.

Un siècle plus tard, la population s’élève à 90 000 personnes. Les colons français ayant peuplé le Canada de la Nouvelle-France proviennent principalement de Paris, de l’Île-de-France et des provinces françaises d’Aunis, d’Anjou, de Bretagne, du Maine, de Normandie, de Picardie, du Poitou, de Saintonge et de Touraine. Les filles du Roi proviennent de l’Orléanais alors que quelques dignitaires arrivent directement d’Île-de-France.

Plaisance ou Colonie de Terre-Neuve est fondé par les Basques du sud-ouest de la France et principalement peuplée par les colons venus de la Nouvelle-France où ils s’étaient préalablement établis.

L’Acadie est explorée vers l’an mil par les Vikings. Dès le XIIIe siècle, des pêcheurs basques, bretons et normands (pour la pêche à la morue et la chasse à la baleine) ainsi que des marchands de fourrures fréquentent les côtes.

monnayage_colonial_francais_image7

Lorsque Champlain explore la région, il identifie deux peuples, les Souriquois, correspondant aux actuels Micmacs et vivant à l’est du fleuve Saint-Jean ainsi que les Etchemins, vivant à l’ouest. Leur mode de vie est basé sur la chasse, la pêche et la cueillette.

La première implantation de colons a lieu en 1604 en Acadie et dans les îles acadiennes environnantes : Saint-Jean et Royale.

La Louisiane est une colonie ainsi nommée en l’honneur du roi Louis XIV. Elle est formée du bassin versant du fleuve Mississippi.

Découvert en 1673 par Louis Jolliet et le père Marquette, le territoire est pris par Cavelier de la Salle en 1682, au nom du roi de France, avant que Pierre Le Moyne n’y fonde la colonie en 1699.

monnayage_colonial_francais_image8

Elle est subdivisée en deux régions administratives : la Basse-Louisiane et le Pays des Illinois, dit la Haute-Louisiane. Cette dernière région englobe la vallée de l’Ohio, fortement prisée pour le commerce de la fourrure, alors que la Basse-Louisiane s’étend sur les plantations de cannes à sucre et de coton. Outre les terres fertiles des grandes plaines, on trouve aussi en Louisiane, la culture du chanvre, de l’indigo, du lin et du tabac.

Les capitales de la Louisiane sont établies au Fort Maurepas (à Biloxi dans l’état du Mississippi), puis au Fort Louis de La Mobile (à Mobile dans l’Alabama) et finalement, au Vieux Carré de La Nouvelle-Orléans. Pour sa part, le fort de Chartres (à Saint-Louis Missouri) devient le siège des administrations régionales du pays des Illinois.

La Louisiane comme la Baie du Nord est principalement peuplée par des colons provenant de Nouvelle-France. On a une migration de colons d’un territoire à l’autre en Nouvelle-France.

monnayage_colonial_francais_image9

L’économie en Nouvelle-France

Elle consiste en trois activités principales : la traite des fourrures, la pêche à la morue et la chasse à la baleine.

La traite des fourrures au Canada, jusque dans les années 1650, demeure une activité secondaire, à laquelle s’adonnent pêcheurs, baleiniers et explorateurs.

A la fin du seizième siècle, l’évolution de la mode européenne met en vogue le chapeau de castor à larges bords.

La mode des chapeaux de feutre est inspirée par les couvre-chefs portés par les soldats suédois durant la guerre de Trente Ans (1618-1648). Lorsque la mode se transforme et que le castor de Russie et de la Baltique est acculé à l’extinction, on se tourne vers l’Amérique du Nord.

Les chapeliers d’Europe apprennent bientôt qu’on peut confectionner du feutre de bonne qualité à partir du sous-poil ou du duvet de castor nord-américain.

Tout comme les fourrures de martre, de renard, de loutre et de vison, les fourrures de castors font l’objet d’un troc. Elles deviennent même le principal article de traite.

monnayage_colonial_francais_image10

Il y a deux types de peaux de castor : le castor gras et le castor sec.

Le terme « castor gras » désigne les peaux de castor de première qualité prises par les Indiens. Ils les taillent en rectangles. Cinq à huit rectangles sont cousus ensemble pour former un vêtement et le côté fourrure est porté contre le corps pendant 12 à 18 mois.

Le frottement constant contre la peau aide à débarrasser graduellement la fourrure des poils qui en constituent le revêtement extérieur, et la sueur lui donne un reflet lustré. Ainsi bien engraissée, la peau devient souple et prend une teinte jaune.

Le castor gras a une plus grande valeur que le castor sec parce que les longs poils sont tombés et que le duvet a déjà été « engraissé » et s’est épaissi au contact de la peau humaine. Ce castor gras est aussi appelé castor de robe.

monnayage_colonial_francais_image11

Le « castor sec » désigne la peau de fourrure qui a été étirée à plat, séchée et apportée directement par les Indiens. Le castor sec ou castor parcheminé conserve toujours les longs poils rugueux de l’extérieur et n’a pas l’épaisseur et la qualité du « castor gras ».

monnayage_colonial_francais_image12

La chasse à la baleine, dès le XVIe siècle, est l’un des motifs majeurs de la colonisation basque des Amériques, notamment autour du Labrador et de l’île de Terre-Neuve.

La chasse à la baleine connaît un essor considérable avec les nouvelles inventions liées à l’essor industriel du XVIIIe siècle (graisse de baleine utilisée pour les rouages des premières machines à vapeur mais aussi pour les cosmétiques, les parfums, etc).

monnayage_colonial_francais_image13

La pêche à la morue commence en 1524 avec la prise de possession par la France de Terre-Neuve, située en face du bassin versant du fleuve Saint-Laurent.

La France tente de marquer sa domination sur ces nouvelles terres et, le 17 janvier 1524, sur les ordres de François Ier , Giovanni Verazanno, pilote de navire florentin, quitte Le Havre avec quatre vaisseaux pour un voyage de reconnaissance sur les côtes d’Amérique du Nord.

monnayage_colonial_francais_image14

Il traverse l’Atlantique, remonte les côtes jusqu’au Cap-Breton et prend possession de Terre-Neuve au nom de la France. Il fait une seconde expédition en 1528, suivi par Jacques Cartier qui, de 1534 à 1540, reconnaît l’insularité de Terre-Neuve, appelée par les Portugais : île des Onze mille vierges ou île de bacalhau (l’île des morues).

A partir de cette époque, les Français considèrent que Terre-Neuve leur appartient. Ils envoient des bateaux sur les Grands Bancs de Terre-Neuve pour pêcher la morue, probablement les Basques d’abord puis les ports bretons et normands de la Manche, bientôt suivis par les ports anglais.

Les côtes d’Amérique continuent d’attirer les Français. Le 15 mars 1603, Samuel de Champlain qui a quitté Honfleur pour étudier les conditions d’un établissement en Nouvelle-France, s’y installe et fonde Québec en 1608. Se sentant alors protégés, quelques Français, 300 à 400 hivernants, notamment des Basques, en profitent pour fonder les premiers établissements sédentaires sur la côte Sud-Est de Terre-Neuve.

La pêche s’y développe considérablement et, en 1628, les Français des îles malouines comptent à eux-seuls cent douze navires dans les havres de pêche, ce qui représente trois mille cinq cents à quatre mille pêcheurs.

Deux modes de pêche sont pratiqués :

La pêche sédentaire, ou pêche aux chaffauds3 , pratiquée plus particulièrement par les Basques, les Malouins et les Paimpolais. Elle se pratique principalement le long des côtes poissonneuses.

A partir d’un navire au mouillage, dans un havre près de la côte, partent des chaloupes chargées de sel. A bord, trois hommes pêchent à la ligne de fond et ramènent leurs prises chaque soir sur les graves où elles sont préparées (parage, nettoyage) puis séchées sur des échafauds ou à même le sol. Le poisson ainsi préparé s’appelle « morue sèche ».

La pêche errante, pêche de la « morue verte », est pratiquée au large, plus particulièrement par les Normands et les Rochelais.

De gros bateaux se laissent dériver et suivent le déplacement des bancs de morue, qui une fois prises avec une ligne, sont séchées et mises en cale.

monnayage_colonial_francais_image15

La pêche de la morue verte supplante progressivement la pêche sédentaire.

À partir des années 1780, une nouvelle technique se développera et deviendra prédominante : la pêche au moyen de lignes dormantes nommées « harouelles ». Pour pratiquer cette nouvelle pêche, l’armateur engagera un capitaine ou patron de pêche à la tête de trois-mâts terre-neuviers armés dans des ports comme Fécamp, Granville ou Saint-Malo.

monnayage_colonial_francais_image16

En 1629, une expédition anglaise obligera Québec à se rendre. Les Anglais occuperont la ville qui ne sera encore qu’un gros bourg, mais Champlain en obtiendra la restitution en 1632, par le Traité de Saint-Germain-en-Laye. Hélas, ce Traité, qui rendra Québec à la France, donnera le pouvoir sur Terre-Neuve aux Britanniques, souveraineté confirmée, en 1633, par une nouvelle convention interdisant aux Français toute implantation dans l’île, ne leur laissant que « le droit de grave », c’est-à-dire uniquement le droit de pêcher et de sécher le poisson sur le rivage, moyennant une taxe de souveraineté de 5 %.

Heureusement, cette taxe ne sera pratiquement pas prélevée, mais ceci occasionnera des conflits entre les capitaines de pêche français et anglais.

Les monopoles commerciaux de 1540 à 1726

Le commerce colonial est contrôlé par des compagnies de commerce successives qui exercent des monopoles.

Le monopole basque (1540-1563)

La première expédition basque répertoriée à Terre-Neuve a lieu en 1517 mais c’est seulement à partir des années 1530 que l’on peut identifier un établissement régional. Contrairement à une idée répandue, les Basques ne se sont pas rapprochés graduellement du continent américain en poursuivant les baleines mais s’y sont rendus directement. Ce n’est pas l’extermination des baleines d’Europe qui explique la présence des chasseurs de baleines au Labrador. Ce sont toutefois les techniques et le commerce développés dans leurs expéditions de pêche à la sardine en Irlande ou de chasse à la baleine sur leurs côtes qui permettent aux Basques d’établir un monopole lucratif au Labrador. Par contre, les pêcheurs de morue bretons ont fréquentés ces eaux avant les Basques et c’est par les Bretons que les Basques ont eu connaissance de la riche population de cétacés.

Les Basques se mettent alors à pêcher la morue au Sud de l’île de Terre-Neuve, dans la baie de Plaisance, dans celle de St Mary’s et de Trepassey, ainsi qu’à l’est, dans des endroits comme Saint-Jean de Terre-Neuve et Renews. Un deuxième site de pêche est répertorié au détroit de BelleIsle, entre le Labrador et Terre-Neuve, vers 1535. Une troisième région est fréquentée, vers les années 1560, par les pêcheurs, il s’agit du détroit de Canso, dans l’actuelle Nouvelle-Écosse.

En 1541, le Français Jacques Cartier fonde l’établissement de Charlesbourg-Royal. Les assureurs et la marine espagnole questionnent les pêcheurs basques au sujet des déplacements du Français.

Les pêcheurs chassent parfois la baleine mais la première vraie expédition organisée pour la chasse à la baleine n’a lieu qu’en 1543.

Les Basques n’occupent que les détroits donnant accès au golfe du Saint-Laurent. Cela correspond à l’arrêt de l’avancée des Français vers l’Ouest à partir de 1535 comme le remarque l’historien britannique David Beers Quinn et pourrait en fait être le reflet d’une stratégie espagnole dans le contexte de la rivalité entre la France, l’Angleterre et l’Espagne. La traversée de l’Atlantique doit même être approuvée par l’Amirauté espagnole à Saint-Sébastien.

Les navires basques, armés de canons, sont imposants pour l’époque, ils sont compris dans la réserve navale espagnole et certains membres d’équipage sont réputés être farouches.

Durant les trois décennies suivantes, les Français ne fondent aucun autre établissement.

Les chasseurs continuent de pêcher à la fin de l’été, avant la migration des baleines.

Des preuves écrites (celles du poste de Buitres (Redbay) couvrant la période de 1548 à 1588 et mentionnant le naufrage du San Juan en 1563, l’hiver désastreux de 1576-1577 et un testament signé peu après par un Basque mourant (le premier document du genre écrit au Canada) indiquent que le dernier hiver passé par les Basques au Labrador fut en 1603.

De 1603 à 1612, des compagnies, entreprises temporaires de colonisation et d’exploitation voient successivement le jour, mais aucune ne réussit réellement à s’implanter dans la durée.

La Compagnie de Rouen (1612-1620)

Sous les auspices du prince de Condé, vice-roi de Nouvelle-France (1612-1620), Samuel de Champlain forme la Compagnie de Rouen, composée de marchands, qui promet de prendre à cœur les intérêts de la colonie (1614).

Cette compagnie, au lieu de coloniser le Canada, ne s’occupe que de la traite des pelleteries (des fourrures) pendant onze ans.

La Compagnie de Montmorency (1621-1627)

Le duc Henri II de Montmorency, vice-roi de la Nouvelle-France, constate que la Compagnie de Rouen s’occupe peu de la colonie. Il crée donc en 1621 la compagnie de Montmorency.

Cette nouvelle compagnie qui a les privilèges et les obligations de la compagnie de Rouen, est dirigée par Guillaume de Caen et son neveu Emery, tous deux calvinistes. Ils envoient un vaisseau à Québec au printemps de la même année pour informer Samuel de Champlain de ce changement.

Les membres de la compagnie de Rouen en sont piqués, et prennent des attitudes menaçantes. Les prétentions de ces deux compagnies nuisent considérablement aux progrès du pays. Champlain désireux de remédier à ce déplorable état de choses, envoie en France le père Georges le Baillis, pour exposer au roi la situation précaire du pays. Le résultat de cette démarche est la fusion des deux compagnies en une seule : la compagnie de la Nouvelle-France. Champlain peut alors prescrire des règlements, et maintenir ainsi dans l’ordre et le devoir, ceux qui auraient été tentés de s’en écarter.

monnayage_colonial_francais_image17

La Compagnie de la Nouvelle-France (1627-1645)

La Compagnie de la Nouvelle-France, aussi appelée Compagnie des Cent-Associés ou Compagnie du Canada, est la première véritable tentative de colonisation de l’Amérique par la France. En effet, le Cardinal de Richelieu jugeant que la Compagnie de Montmorency ne s’occupe pas correctement de la colonie, la remplace par la Compagnie des Cent-Associés de la Nouvelle-France, le 29 avril 1627.

Les cent actionnaires, dont faisaient partie Samuel de Champlain et Richelieu, avancent pour cette compagnie, chacun un capital de 3 000 livres, ce qui constitue un capital de départ assez important.

Cette compagnie est la première à s’installer durablement au Canada parmi les Compagnies européennes fondées au XVIIe siècle.

Elle fonctionne selon le même schéma que les précédentes. Elle se voit octroyer le monopole de tout commerce à perpétuité et celui du commerce des fourrures pour 15 ans au cours desquels elle s’engage à installer, à ses frais, 4 000 colons, à administrer la colonie, à assurer la défense du territoire, et également à se consacrer à la conversion des Amérindiens.

Dès 1628, elle dirige un contingent de 400 colons.

De 1629 à 1635, Samuel de Champlain est le Lieutenant de la Compagnie en Nouvelle-France.

Sous l’Ancien Régime français, chaque communauté est gouvernée, non plus par un gouverneur, un évêque et un intendant mais par un seigneur, un prêtre et un magistrat désigné par le seigneur et le prêtre.

La Compagnie est acculée au bord de la faillite et l’agressivité des Iroquois, alliés des Anglais, ne lui permet pas de rétablir sa santé financière dans les années suivantes.

La Compagnie de la Nouvelle-France cède alors son monopole à la Compagnie des Habitants, formée de marchands canadiens qui tentent tant bien que mal d’exploiter la fourrure.

La Compagnie des Habitants (1645-1663)

La Compagnie des Habitants (ou Communauté des Habitants) est une compagnie formée de commerçants de Nouvelle-France fondée en 1645 et qui possède le monopole sur la traite des fourrures de la Compagnie de la Nouvelle-France de 1645 à 1663.

Monsieur de Lauson, gouverneur, nomme son prédécesseur Monsieur Louis d’Ailleboust de Coulonge, directeur général des pelleteries en Nouvelle-France, charge difficile où il sait ménager les intérêts contradictoires de cette compagnie et de la Grande Compagnie.

En 1663, Louis XIV procède à la dissolution de la Compagnie des Habitants et prend le contrôle de la colonie. À l’époque, il y a 69 seigneuries tenues par 62 individus et sept institutions religieuses (les Jésuites, Sulpiciens et Ursulines, les Hospitalières de Québec et de Montréal, la Fabrique de la paroisse de Québec et les Amérindiens chrétiens de Sillery).

La Compagnie française des Indes occidentales (1663-1674)

La Compagnie française des Indes occidentales reprend le monopole. Cette compagnie commerciale française est officialisée en 1664 par Colbert et dissoute en 1674.

C’est par son territoire, l’une des plus conséquentes compagnies européennes fondées au XVIIe siècle, mais l’une de celles qui auront le moins de succès financier.

La Compagnie obtient dès 1665 que le régiment de Carignan-Salières apporte une sécurité contre les invasions iroquoises et contribue au peuplement de la colonie, par l’arrivée de 1 200 hommes originaires de toutes les régions de France, de la Lorraine aux Poitou-Charentes, un recrutement supplémentaire ayant eu lieu durant le trajet.

En 1666, l’intendant Jean Talon organise le premier recensement, dénombrant alors 3 215 habitants. Puis, la population de la colonie passe à 6 700 habitants en 1672, conséquemment aux politiques d’encouragement de la natalité et nuptialité.

En 1667, plusieurs tribus d’iroquois, les Agniers et les Onneiouts, acceptent de conclure la paix. Selon l’historienne Raymonde Litalien : « Colbert souhaitait passer de la fraternisation et des alliances politiques à une véritable fusion des races et des civilisations, idée qui se heurte à des réticences : les canadiens craignent de perdre leurs privilèges, la toute-puissante église trouve que ses fidèles ont déjà suffisamment adopté de mœurs indiennes et le Roi lui-même ne voit pas d’un bon d’œil que les « sauvages » deviennent des sujets à parts entières. Finalement, le gouverneur général Denonville démontre au ministre Seignelay le 13 novembre 1685 (peu après son arrivée) que l’on ne peut franciser les indiens »

Charles Aubert de La Chesnaye, négociant de fourrures à Tadoussac entre 1663 et 1666 est nommé commis général de la Compagnie en 1666 et jusqu’en 1669, date à partir de laquelle, il quitte la compagnie pour une exploitation forestière (au Lac Saint-Jean) et une briqueterie ainsi que pour un long séjour à La Rochelle qui lui permet d’établir des relations commerciales avec plusieurs pays européens et de devenir propriétaire de plusieurs navires.

monnayage_colonial_francais_image18

En 1672, l’intendant Jean Talon lui concède, conjointement avec deux autres associés, la seigneurie de Percé qui doit servir de port d’attache aux bateaux de pêche. Il reçoit la seigneurie de Rivière-du-Loup le 23 décembre 1673. La Chesnaye achète aussi la moitié des fiefs de SaintFrançois et de Saint-Jean (1677), les seigneuries de Le Parc, à l’est de Rivière-du-Loup (1675), et l’île aux Lièvres (1677).

La guerre de Hollande à partir de 1672 désorganise le fonctionnement de la compagnie, qui est dissoute en décembre 1674 par l’édit de Saint-Germain en Laye, après avoir accusé un passif de cinq millions de livres. Dès 1666, le Roi avait offert la liberté de commerce aux particuliers de France. Le 21 juillet 1670, il avait ouvert l’accès des îles à « tous les négociants du royaume », mais il faut un peu de temps pour que la flotte française soit à la hauteur de celle des Hollandais.

En 1672, Louis XIV impliqué dans la Guerre de Hollande cesse de financer le Canada.

La Ferme d’Occident ou Domaine d’Occident (1674-1726)

À son retour au Canada, Charles Aubert de La Chesnaye obtient peu après la dissolution de la compagnie des Indes occidentales.

Une éphémère Compagnie d’Occident est créée juste après. Le roi reprend en 1674 l’administration directe des colonies. Il fonde alors la Ferme d’Occident.

En 1674, la Compagnie d’Occident affiche une dette de plusieurs millions de livres. Le Roi révoque sa charte en mai 1675 et cède ses droits pour sept ans et 350 000 livres par an. La Compagnie d’Occident est devenue la Ferme d’Occident.

A partir de 1675 et jusqu’en 1681, les droits de cette compagnie sont détenus par Charles Aubert de La Chesnaye et son ami Jean Oudiette.

En effet, le négociant canadien en fourrures Charles Aubert de la Chesnaye, commis général de la Compagnie des Indes occidentales de 1666 à 1669, sous-loue en 1674 au représentant de la compagnie, Jean Oudiette, les droits sur le Canada, avec le monopole de la fourrure de castor, la plus rentable car un marché s’est développé pour en faire des chapeaux.

La Ferme d’Occident ou Domaine d’Occident, qui concerne les colonies de la Nouvelle-France (et des Antilles), est l’une des Cinq Grosses Fermes créées en 1674, qui succèdent à la Compagnie française des Indes occidentales. Dans le même temps, le Roi se réserve un territoire immense situé au nord de la vallée du St-Laurent, le Domaine du Roy.

Le Domaine d’Occident perçoit un droit de 3 % sur toutes les marchandises venant d’Amérique, souvent contesté car rapportant 4 millions annuellement. Le Domaine d’Occident taxe les redevances seigneuriales dans la colonie et les propriétés des personnes décédées sans héritier. C’est aussi un monopole.

Après 1674, la Ferme d’Occident est systématiquement louée, souvent par sous-contrat, aux détenteurs du bail des fermes unies. Les taux de ce loyer varièrent de 350 000 à 550 000 livres par année. Au Québec, les privilèges rattachés à cette location comprennent le droit de prélever un impôt de 25 % en nature sur des peaux de castor livrées aux comptoirs du fermier, ainsi qu’une taxe de 10 % sur la plupart des autres fourrures. C’est ce prélèvement de 25 % que Pierre-Esprit Radisson, un commerçant en fourrures, refusa de payer en 1682 lorsqu’il revint de la Baie d’Hudson chargé de peaux de castor.

En 1678, un édit royal interdit de chasser ou traiter des fourrures à plus d’un kilomètre d’une terre défrichée.

Au Québec, la Ferme d’Occident traite exclusivement avec des marchands bien établis disposant de permis de traite officiels.

Le monnayage colonial en Nouvelle-France

De rares monnaies, espagnoles et françaises, circulent. Les monnaies françaises servent surtout aux commerçants à payer leurs impôts au représentant du roi de France, le vice-roi de Nouvelle-France, donc elles repartent systématiquement en France.

Afin de maintenir le monopole français et d’en protéger ses productions, il est interdit aux colons de produire autre chose que la nourriture dont ils ont besoin, ce qui favorise une contrebande avec les colonies britanniques toutes proches.

La disette d’espèces menace aussi la sécurité de la colonie car elle rend impossible le paiement des troupes qui doivent maintenir le calme chez les Iroquois. En fait, les espèces frappées en France arrivent de manière très aléatoire, souvent une seule fois l’an, par bateau.

Le troc est donc couramment utilisé. Il se pratique beaucoup au niveau des échanges commerciaux entre Amérindiens et Européens, et entre Européens eux-mêmes. Il est basé sur des échanges de peaux de castors ou des bouteilles d’alcool.

Bien que la traite des fourrures soit axée sur le troc, soit l’échange de marchandises pour d’autres biens, une monnaie-étalon d’échange s’impose sous forme de peau de castor. Au sein des compagnies de pelleterie, une seule peau de castor adulte, de première qualité et en parfait état est appelée « plue 4 ».

monnayage_colonial_francais_image19

Le plus devint l’unité fixe de troc pour mesurer la valeur de toutes les marchandises de traite et autres pelleteries. Ainsi, la valeur totale des fourrures peut être cotée en plus et les Indiens peuvent obtenir l’équivalent en marchandises de traite.

monnayage_colonial_francais_image20

En 1740, la Compagnie anglaise du Nord-Ouest fabrique même des jetons indiquant aux Indiens la valeur des fourrures qu’ils veulent échanger. Avec ces jetons, les Indiens peuvent échanger leurs prises contre un vaste assortiment de produits.

De même, les commerçants américains dans le sud des Grands Lacs utilisent comme étalon le « buck », soit la peau de cerf de Virginie mâle de grande taille, pour calculer la valeur des fourrures et des marchandises de traite européennes (avec 5 bucks, on a une caisse de six bouteilles de Whisky).

Les peaux de cerf servent à fabriquer des vêtements, notamment des vestes de chasse très prisées des coureurs des bois.

Le buck va devenir plus tard l’équivalent du dollar américain.

La peau d’animal (et pas seulement celle de cerf), moyen d’échange traditionnel de l’époque, était devenue une valeur étalon. Cependant, toutes les peaux ne se valaient pas. Une peau d’un animal tué en hiver était de meilleure qualité que celle d’un animal tué en été. La première pouvait valoir un buck, tandis qu’il en fallait plusieurs de la deuxième catégorie pour arriver à un buck. Il y avait aussi la taille. « Passe moi dix peaux de lapins, je te file une peau d’orignal ! Ça fait un buck de chaque côté. »

Peu à peu, avec les vagues de colonisation européennes, les échanges de ce type ont diminué, mais quand le dollar a fait son apparition en 1792, le terme « buck » est resté, comme un mot d’argot pour désigner un dollar.

monnayage_colonial_francais_image21

Mais ce système a ses limites.

Pour pallier la pénurie « d’espèces sonnantes et trébuchantes », il devient indispensable d’établir un nouveau système monétaire : la monnaie de carte, atypique et fascinante.

Le but est de rembourser ces monnaies de carte en espèces sonnantes et trébuchantes dès que possible.

Le premier monnayage régional de la Nouvelle-France est cette monnaie de carte.

C’est une monnaie de nécessité apparue d’abord au Canada et devenue moyen de paiement par cours forcé sous le règne de Louis XIV en 1685. Cet instrument financier consistait en la première tentative de monnaie fiduciaire française et nord-américaine.

D’autres formes de monnaie de carte5 sont également utilisées en Louisiane française.

monnayage_colonial_francais_image22

En effet, en Nouvelle-France, à la fin du XVIIe siècle, la rareté des pièces de monnaie française est criante au Canada, surtout l’hiver, puisque les navires ne peuvent circuler sur le fleuve Saint-Laurent en raison de l’épaisseur de la glace, empêchant la livraison des marchandises.

Le 16 février 1670, des pièces de monnaie en argent (15 et 5 sols) et en cuivre (double tournois) pour un montant total de 100 000 livres, sont frappées à Paris et envoyées en Nouvelle-France. Mais ces pièces sont utilisées pour envoi de fonds, ainsi il y a peu de pièces de monnaie spécifiques aux régions avec lesquelles on commerce.

En 1674, le Roi donne l’ordre qu’en ses colonies tous les comptes, achats et paiements divers soient impérativement soldés en argent sonnant.

Cependant, en 1684, Louis XIV envoie des soldats au Canada, ordonne de les y faire vivre mais oublie leur paie. Jacques de Meulles, intendant de la justice, police et finances en Canada, Acadie, Isle de Terre Neuve et autres pays de la France septentrionale, n’a pas de fonds pour payer les fonctionnaires coloniaux et les troupes.

En juin 1685, il émet donc des notes de crédit d’un nouveau genre : « à cette époque, il n’y avait pas encore d’imprimerie dans la colonie, et d’un autre côté, comme peu d’habitants savaient écrire, le papier n’était pas en abondance. Mais pendant les longues soirées d’hiver, les jeux de cartes étaient l’amusement favori de la population, et par conséquent, il s’en trouvait un dépôt assez considérable ».

Le bon papier étant rare, il réquisitionne donc les cartes à jouer dans la colonie et, apposant son sceau et sa signature, et les émet en différentes coupures en tant que valant pour monnaie ou espèces. Par ordonnance, ces cartes sont reconnues légales et les marchands sont sommés de les accepter.

Il écrit de Québec, le 24 septembre 1685, au ministre secrétaire d’État au département de la Marine : « Je me suis trouvé cette année dans une très grande nécessité touchant la subsistance des soldats ; vous n’aviez ordonné de fonds, Monseigneur, que jusques en Janvier dernier, je n’ay pas laissé de les faire vivre jusques en septembre qui font huit mois entiers. J’ay tiré de mon coffre et de mes amis tout ce que j’ay pu, mais enfin les voyant hors d’estat de me pouvoir rendre service davantage, et ne sçachant plus à quel saint me vouer, l’argent estant dans une extrême rareté, ayant distribué des sommes considérables de tous costez pour la solde des soldats, je me suis imaginé de donner cours au lieu d’argent à des billets de cartes que j’avais fait couper en quatre ; je vous envoye Monseigneur, des trois espèces, l’une estant de quatre francs, l’autre de quarante sols et la troisième de quinze sols, parce qu’avec ces trois espèces je pouvais faire leur solde juste d’un mois, j’ay rendu une ordonnance par laquelle j’ay obligé tous les habitants de recevoir cette monoye en payement et luy donner cours, en m’obligeant en mon nom de rembourser les dits billets, personne ne les a refusés et cela a fait un si bon effet que par ce moyen les trouppes ont vescu à l’ordinaire. »

Ainsi est apparue la « monnaie de carte », cinq ans avant l’émission de papier-monnaie au Massachusetts.

L’historien William John Eccles écrit que « c’est à lui [De Meulles] que revient le mérite d’avoir imaginé un système plein d’ingéniosité : la mise en circulation de la monnaie de carte, la première monnaie de papier en Amérique du Nord ».

« De Meulles utilisera des cartes à jouer ordinaires, soit entières, ou coupées en deux ou en quatre, avec le mot «bon» inséré sur chacune, pour une certaine somme, signé et scellé dans la cire de sa propre main et contresigné par l’intendant au moment de leur émission ».

– La première évaluation était par exemple de 4 livres pour une carte entière ; une demi carte valait 2 livres, et le quart de carte, quinze sous – .

« George Heriot, maître général des postes de l’Amérique britannique, dans ses Voyages au Canada en 1805, cité par Alfred Sandham dans son ouvrage, The Coins, Medals and Tokens of the Dominion of Canada (Montreal, 1869), dit que chaque carte portait l’empreinte des armes de France (sur de la cire), sa valeur nominale et les signatures du trésorier, du gouverneur-général et de l’intendant. Il semble difficile d’admettre qu’autant d’inscriptions aient pu figurer sur une surface aussi restreinte que présente le quart d’une carte à jouer, et l’éminent historien américain, Francis Parkman, dans The Old Regime in Canada, en se référant, pour la description de ces cartes à un Mémoire adressé au Régent en 1715, n’a pas remarqué que l’auteur indique d’autres valeurs que celles de l’émission primitive et parait viser une émission ultérieure. Il y a tout lieu de croire que les cartes de de Meulles ne portaient que l’empreinte dans la cire à cacheter d’une fleur de lis couronnée, leur valeur et les signatures du commis du trésorier et de l’intendant ».

On échange la monnaie de carte pour des espèces sonnantes dès qu’on peut s’en procurer, puis on détruit par le feu la carte ainsi annulée.

Différentes monnaies de carte circulent.

Quelques années après cette première expérience, on émet de nouvelles cartes en octobre 1711. La première série est retirée de la circulation et il n’en subsiste apparemment plus car d’autres émissions suivent en 1714 et 1717, mais avec cette dernière, on ordonne le retrait total des vieilles cartes.

monnayage_colonial_francais_image23

Selon P. N. Breton, « on ne trouve une première description des cartes que dans la délibération prise le 1er octobre 1711 par MM. de Vaudreuil, gouverneur ; Raudot, intendant ; et de Monseignat, contrôleur de la marine ; mais au sujet seulement de la fabrication de 3 000 cartes de 100 livres et de 3 000 cartes de 50 livres : l’écriture des cartes de 100 livres en travers, sur des cartes noires (c’est-à-dire des cartes aux figures noires). Et l’écriture des cartes de 50 livres de haut en bas, sur des cartes rouges entières (c’est-à-dire aux figures rouges). »

Cette monnaie est très populaire en Nouvelle-France jusqu’à la déclaration du roi Louis XV du 5 juillet 1717 « ordonnant que la monnaie de carte n’aura plus cours au Canada, sinon pour la moitié des valeurs écrites sur les cartes. La déclaration supprime en outre la monnaie du pays et instaure la monnaie de France ». La monnaie de carte s’est, entre temps dévaluée, du fait de la surabondance d’émission.

Cependant, les cartes restent en circulation face à la nécessité, jusqu’en 1719.

En 1720, toutes ces cartes sont rachetées par le gouvernement. En effet, la monnaie de carte n’ayant été remplacée par aucun autre moyen d’échange, cette réforme monétaire déclenche une récession.

En 1722, la France tente de remédier à la situation par la mise en circulation de pièces de monnaie de cuivre frappée suite à un édit de juin 1721 enregistré par la Cour des Monnaies de Paris le 8 juillet 1721 ; mais celles-ci ne sont pas bien accueillies par les commerçants. Les 534 000 exemplaires frappés, prévues pour la Louisiane, l’Acadie et le Québec, sont donc renvoyés en métropole en 1726 directement de la Louisiane, lieu de leur arrivée à partir duquel elles devaient être acheminées dans les autres régions de Nouvelle France.

Peut-être ces pièces auraient-elles été mieux accueillies si elles avaient été en métal plus noble (argent ou or).

monnayage_colonial_francais_image24

Des particuliers également émettent des billets sur la base de leur propre solvabilité en guise de mode de paiement, une pratique qui existait avant le retrait de la monnaie de carte et qui sera utilisée de façon périodique pendant le restant du XVIIIe siècle et une bonne partie du XIXe siècle.

Le 2 mars 1729, une nouvelle ordonnance autorise la fabrication d’un montant total de 400 000 livres en cartes de 24 livres, 12 livres, 6 livres, 1 livre, 20 sols, 15 sols, 7 sols et 6 deniers.

monnayage_colonial_francais_image25

À la différence des cartes à jouer mises en circulation de 1685 à 1714, celles de la deuxième période sont imprimées sur un simple carton blanc, donc sans illustration, et leurs dimensions varient selon leur valeur nominale. On a donc bien affaire à une forme de monnaie fiduciaire, qui hérite sans doute de l’expérience, pourtant désastreuse, de la Banque générale.

monnayage_colonial_francais_image26

Ce système se poursuit jusqu’au temps de l’intendant Bigot et de la chute de la Nouvelle-France. L’inventaire de Jacques Le Ber de Montréal, daté du 7 juin 1735, comprend 84 livres huit sols et trois deniers en pièces de monnaie, et une valeur de 2 833 livres en cartes, témoignant de la prédominance de la monnaie de carte.

Vers 1750 Bigot introduit comme nouvelle monnaie, une note non autorisée appelée ordonnance. Ce système qui équivaut à celui des lettres de crédit ou de change fonctionne ainsi : contrairement aux émissions de cartes, elles ne sont approuvées ni par sceau ni par signature du Gouverneur. Celles-ci ont une taille plus que double. On utilise des formulaires de papier ordinaire imprimés en France avec des espaces vierges à remplir pour indiquer montant, date et numéro.

Ces « ordonnances » sont tirées du trésor de Québec ou, en cas de la chute de la capitale, elles proviendront du trésor de Montréal ; considérées comme du comptant, elles sont convertibles en totalité, soit en monnaie de carte, soit par des traites6 au trésorier de la Marine en France.

Cette méthode offre de vastes possibilités de spéculation, à la fois par le gouvernement et par la population. À ses débuts, les « ordonnances » de Bigot sont légères, mais à la fin du régime français, elles dépassent 80 millions de livres. C’était une grosse somme à rembourser pour un pays appauvri.

monnayage_colonial_francais_image27

De telles émissions perdurent sur le territoire canadien jusqu’en 1771, et se combinent aux ordonnances de paiement et aux lettres de change. Rien ne sera remboursé par la France après la défaite de 1760.

Avec la prise du Québec et de Montréal en 1759-1760, l’aventure des monnaies de carte va commencer à s’achever. Dans les négociations menées, la valeur de ces monnaies de carte est dévaluée de 50 à 80%.

Après la conquête britannique (1754-1763), les Canadiens détiennent encore l’équivalent de quelques 16 millions de livres en monnaies de papier, dont seulement 3,8% en monnaies de carte.

En 1771, ces monnaies de carte disparaissent complètement. En effet, à cette date, il y a à peine 70 000 colons français contre près d’1 million de colons britanniques.

« La guerre qui survint au Canada apporta un trouble profond dans les finances de la métropole déjà obérées par la guerre de Sept ans. Le paiement des dépenses de la colonie fut suspendu par arrêt du 15 octobre 1759 et les lettres de change tirées sur le Trésor demeurèrent impayées. Le Canada abandonné à ses faibles ressources, vit bientôt son papier-monnaie tomber en complet discrédit et perdre toute valeur commerciale. Après la conclusion de la paix, le conseil d’État, par un arrêt en date du 29 juin 1764, décida l’extinction et la liquidation de la monnaie de carte. Elle avait duré quatre-vingts ans ».

Aucune carte des années 1685-1714 n’est pour l’heure parvenue jusqu’à nous.

En même temps que ces monnaies de carte et ces ordonnances de Bigot, circulent, un petit nombre de pièces frappées en France, sous les rois de France, Louis XIII, Louis XIV et Louis XV, sont utilisées par les Français de Nouvelle-France :

monnayage_colonial_francais_image28

monnayage_colonial_francais_image29

L’unité monétaire qui circule dans la colonie est la livre qui se subdivise en sols et en deniers. Jusqu’en 1717, la valeur de la monnaie en Nouvelle-France équivaut à 75 % de celle qui prévaut en France. Par la suite, la valeur de la livre de Nouvelle-France devient équivalente à celle qui circule en France : 1 livre = 20 sols et 1 sol = 12 deniers.

Les quatre guerres intercoloniales (1689-1763)

En Amérique du Nord, quatre grandes guerres intercoloniales opposent la France à l’Angleterre (puis la Grande-Bretagne) entre 1689 et 1763. Ces quatre conflits se déroulent en Amérique comme conséquence de guerres européennes. Bien que certaines de ces guerres impliquent aussi l’Espagne et les Pays-Bas, dans chaque guerre il y a d’un côté la France, son empire de la Nouvelle-France et ses alliés amérindiens, contre l’Angleterre, ses Treize Colonies et ses propres alliés amérindiens.

Aux États-Unis, les guerres sont appelées les French and Indian Wars (guerres françaises et indiennes), un nom qui omet de décrire l’autre partie des belligérants à savoir, les Britanniques et leurs alliés.

De 1689 à 1763, les Anglais et les Français ne cessent de s’affronter.

Les rivalités coloniales sont exacerbées et chaque camp utilise l’appui indien (Algonquins et Hurons par les Français ; Iroquois par les Britanniques). Les colonies britanniques pensent même à une union, une collaboration militaire entre elles pour faire face à l’hostilité française. À partir de 1756, les tensions américaines s’inscrivent dans le contexte troublé des relations européennes.

Les colonies françaises, anglaises et espagnoles s’affrontent violemment lors de la Guerre de la Conquête, théâtre américain de la guerre de Sept Ans.

monnayage_colonial_francais_image30

Les alliances amérindiennes

Les Français sont alliés avec presque toutes les nations amérindiennes d’Amérique du Nord. Les Amérindiens constituent une force importante dans la défense de la Nouvelle-France. Comme les miliciens, ils sont efficaces dans la guerre d’embuscade. Même si chaque nation amérindienne a ses propres rites et traditions, il est possible d’observer une constante dans les tactiques de guerre et les stratégies adoptées par les Amérindiens qui prennent part au conflit.

D’abord, ceux-ci ne se battent jamais en terrain à découvert ; les tactiques de l’embuscade et de camouflage sont plutôt le propre de ces alliés français. En fait, l’attaque-surprise est leur plus fort atout. Elle prend de court les soldats anglais habitués à la bataille en rangée et fait, en conséquence, beaucoup de ravages.

Quant aux préparatifs de guerre, malgré quelques variantes d’un groupe à l’autre, on observe certains éléments communs : de longues discussions avant le départ, accompagnées du calumet de la guerre et de danses. Les rêves prémonitoires sont également très populaires pour prédire l’issue d’une guerre ou si elle représente un danger pour un individu ou une nation entière. Les armes utilisées par les Amérindiens sont en général des couteaux, des haches et des fusils.

Les nations iroquoises : les tribus des Agniers (Mohawks), des Onneyouts (Oneida), des Onontagués (Onondaga), des Goyogouins (Cayugas) et enfin celle des Tsonnontouans (Senecas) sont alliées aux Anglais et aux colons américains.

Les milices de la Nouvelle-France

Formées en Nouvelle-France depuis 1669, les milices sont constituées de tous les hommes valides âgés entre 16 et 60 ans. Les miliciens préfèrent la guerre d’embuscade, c’est-à-dire cachée dans les bois. Les miliciens sont des hommes recrutés en campagne et en ville, qui n’ont pas de formation de soldat. En temps de conflit, ils sont obligés de prendre les armes.

Sans uniforme militaire, les miliciens reçoivent à chaque campagne une partie de l’équipement. Les troupes s’arment elles-mêmes et il est attendu d’elles qu’elles soient en possession d’une bonne provision de plomb, de poudre et de mèche. L’intendant fournit un fusil à ceux qui n’en possèdent pas.

Chaque milice appartient à un siège d’un gouvernement régional. En Nouvelle-France, ceuxci sont au nombre de trois, Québec, Trois-Rivières et Montréal. La milice de Montréal est réputée pour être la plus active et la plus efficace en raison du fait qu’elle est composée de plusieurs voyageurs qui font la traite des fourrures. En conséquence, celle-ci est entraînée surtout pour les combats d’embuscades dans les bois (aussi appelés la petite guerre), ce qui a d’ailleurs valu à ses hommes d’être surnommés les « Loups blancs » par les autres districts et par les Amérindiens. En 1759, environ 5 455 miliciens de Montréal sont mobilisés, dont 4 200 se rendent à Québec pour le siège. La plupart sont positionnés sur la côte de Beauport.

Les milices américaines

Pour protéger les colons des Treize colonies américaines contre les attaques et les raids franco-indiens, une unité spéciale, les Rangers7 , est formée. Ils deviennent une arme importante dans les tactiques américaines ; ils sont incorporés à l’armée régulière. En fait, en 1755, Lord Loudoun s’aperçoit que les embuscades pratiquées par ces Rangers, combinées avec les nouvelles tactiques et unités des troupes régulières britanniques, peuvent s’avérer un atout puissant. Ainsi, on trouve des Rangers à partir de ce moment sur tous les fronts.

Parallèlement aux Rangers, il faut compter, parmi les effectifs américains au sein des forces britanniques, les Colonial Pioneers, issus des troupes de terre américaines. Ces soldats sont entraînés environ huit mois par an par leur législature provinciale et sont payés et équipés par leur colonie respective.

C’est au Massachusetts, colonie la plus peuplée, qu’on trouve le plus grand nombre de Colonial Pioneers : ils sont au nombre de 6 800 en 1759. D’après les documents qui subsistent du conflit, ces militaires n’ont pas participé directement aux combats et sont plutôt utilisés pour construire et maintenir les fortifications, batteries et campements britanniques.

La première guerre intercoloniale (1689-1697)

En 1689, certaines colonies anglaises, principalement celle de New York, incitent les CinqNations iroquoises à attaquer la Nouvelle-France. En août, un fort groupe d’Iroquois se lance à l’attaque du village de Lachine sur l’Île de Montréal et le ravage complètement.

En représailles, le gouverneur Frontenac envoie trois groupes composés d’Amérindiens, de soldats et miliciens Français à l’assaut de trois villages de la Nouvelle-Angleterre. Ils détruisent Corlar, aujourd’hui Schenectady, New York, font un Raid sur Salmon Falls (aujourd’hui Berwick, Maine) et Casco (Fort Loyal, aujourd’hui Falmouth, près de Portland dans le Maine) pendant l’hiver 1690.

Les Colonies anglaises lancent, la même année, deux attaques qui doivent être simultanées sur Québec et Montréal. L’amiral William Phips dirige une flotte qui s’empare d’abord de PortRoyal en Acadie mais il échoue devant Québec. Quant à Francis Nicholson qui dirige l’attaque sur Montréal par le couloir du Lac Champlain, il doit rebrousser chemin, ses troupes étant décimées par la maladie.

monnayage_colonial_francais_image31Le reste de cette guerre en Amérique est l’affaire du Français Pierre LeMoyne d’Iberville. Entre 1692 et 1696, il chasse les Anglais de l’Acadie en détruisant le fort Pemaquid, il saccage les installations de pêche des Anglais à Terre Neuve et expulse à deux reprises les Anglais de la baie d’Hudson.

En 1697, le traité de Ryswick, ne sert pas vraiment les intérêts de la Nouvelle-France. Comme en Europe, on revient plus ou moins à la situation d’avant la guerre, toutes les conquêtes d’Iberville sont en quelque sorte annulées. Cependant, la Nouvelle-France sort, elle aussi, intacte de ce conflit.

La deuxième guerre intercoloniale (1702-1713)

La Deuxième Guerre intercoloniale (ou Queen Anne’s War dans l’historiographie britannique) désigne le théâtre américain de la guerre de Succession d’Espagne entre 1702 et 1713.

Ce conflit est le second des guerres intercoloniales qui opposent les colonies françaises et anglaises (puis britanniques) en Amérique du Nord pour le contrôle du continent. Les alliés amérindiens des puissances européennes sont également impliqués dans les combats, ainsi que l’Espagne alors alliée de la France.

La guerre se déroule sur trois fronts :

La Floride espagnole et la Province anglaise de Caroline sont chacune sujettes à des attaques des deux camps. Les Anglais engagent les Français basés à Mobile, dans ce qui s’apparente plus à une guerre par procuration avec le soutien des tribus amérindiennes. Ce théâtre d’opérations n’entraîne pas de grands changements territoriaux, mais élimine presque toutes les populations amérindiennes de Floride, ainsi que le réseau espagnol de missions dans la zone.

Les colonies anglaises de Nouvelle-Angleterre affrontent les forces françaises et amérindiennes basées en Acadie et au Canada. La ville de Québec est attaquée à plusieurs reprises par des expéditions britanniques.

La capitale de l’Acadie, Port-Royal est prise en 1710. Les Français et leurs alliés amérindiens mènent des raids contre des cibles dans la Province de la baie du Massachusetts dont le célèbre raid sur Deerfield en 1704.

Sur Terre-Neuve, les colons anglais basés à Saint-Jean à l’ouest de l’île se disputent le contrôle de l’île avec les Français établis à Plaisance, à l’est. La plupart des opérations militaires se réduisent à des raids de destruction des outils économiques de l’adversaire. Les Français capturent la ville de St. John’s en 1709 mais les Britanniques la réoccupent rapidement après que les Français l’aient abandonnée.

À la suite d’une paix provisoire en 1712, le traité d’Utrecht met fin au conflit en 1713. La France abandonne ses revendications sur l’Acadie, la Baie d’Hudson et Terre-Neuve au profit de l’Angleterre mais conserve l’Île du Cap-Breton et certaines îles dans le Golfe du Saint-Laurent. Certains termes du traité sont ambigus et les revendications de nombreuses tribus amérindiennes ne sont pas incluses dans le traité, ce qui laisse présager de futurs conflits.

La troisième guerre intercoloniale (1744-1748)

En Amérique, la rivalité est toujours aussi vive entre les colonies anglaises et la colonie française. Pendant les trente ans de paix (1714-1744) qui ont suivi la Deuxième Guerre intercoloniale (1702-1713), la France et l’Angleterre se sont employées à renforcer leurs positions en multipliant les forts et forteresses sur leur territoire. Les Français ont érigé la forteresse de Louisbourg sur l’Isle Royale (île du Cap Breton) pour assurer une présence française en Acadie.

La fourrure et la pêche sont toujours des enjeux du conflit, mais un nouveau vient s’y ajouter : le territoire à l’ouest des Appalaches, la Vallée de l’Ohio. Les colonies anglaises du littoral atlantique considèrent cet espace comme un prolongement naturel de leur territoire tandis que les Français ne veulent pas sacrifier la route par laquelle ils passent pour se rendre dans la lointaine Louisiane, leur possession du golfe du Mexique.

La Nouvelle-France n’a pas les moyens de lancer des attaques d’envergure, et se contente de petites attaques sur des villages de la Nouvelle-Angleterre. Pour leur part, les habitants de Boston veulent absolument se débarrasser de la présence gênante de Louisbourg et ils organisent, en 1745 le siège de la forteresse qui doit capituler après un peu plus de 40 jours, à la grande stupéfaction des Français qui l’avaient pourtant qualifiée d’imprenable.

La France tente de reprendre sa place forte en 1746 mais c’est un échec complet. Cependant, elle prend sa revanche en réussissant un coup d’éclat en Inde : elle s’empare de Madras, un comptoir d’épices important pour l’Angleterre.

Quand la guerre se termine en 1748 par le traité d’Aix-la-Chapelle, décidant de revenir à la situation d’avant la guerre, la France échange avec l’Angleterre Madras contre Louisbourg. Louisbourg continue donc d’assurer une présence française dans le golfe du Saint-Laurent.

La quatrième guerre intercoloniale (1754-1763)

La guerre de la Conquête (1754-1763) est le nom donné au théâtre nord-américain de la « guerre de Sept Ans » qui sévit en Europe.

Depuis la fin du XVIIe siècle, Français et Anglais étendent leurs possessions nordaméricaines les uns aux dépens des autres et se trouvent confrontés, au travers de ces rivalités maritimes, coloniales, territoriales et commerciales, par le biais de plusieurs conflits militaires en Amérique qui se superposent aux guerres européennes d’alors.

Aux États-Unis, on désigne fréquemment ce conflit sous l’appellation curieuse de French and Indian War (La guerre française et indienne). Elle voit s’affronter les Français, leurs milices de la Nouvelle-France et leurs alliés amérindiens d’un côté, et les Britanniques, leurs milices américaines et leurs alliés iroquois de l’autre, pour la domination coloniale de l’Amérique du Nord.

Les hostilités commencent en 1754 avec l’affaire de Jumonville, deux ans avant le déclenchement de la guerre en Europe, lors d’accrochages dans la vallée de l’Ohio.

En effet, au milieu du XVIIIe siècle, les colons français de la Nouvelle-France ambitionnent de coloniser la vallée de l’Ohio, la «Belle Rivière». Ils érigent un fort, Fort-Duquesne, au milieu de la contrée. Irrités, les colons anglais de Virginie répliquent avec un autre fort à proximité immédiate : Fort Necessity.

Le commandant de Fort-Duquesne envoie l’un de ses adjoints, Joseph Coulon de Villiers, sieur de Jumonville, en délégation auprès de l’officier virginien, un certain George Washington8 , en vue de le prier de quitter les terres du roi de France.

Une lutte s’engage entre Français et Anglais pour le contrôle de la Vallée de l’Ohio et se solde par une victoire anglaise.

Devant la résistance de la Nouvelle-France aux attaques ennemies qui n’ont pu, jusque-là, enlever aux Français que l’Acadie, les treize colonies britanniques, au milieu du XVIIIe siècle, se trouvent toujours encerclées à l’ouest et au nord par un vaste mais finalement faible empire français, reposant plus sur les alliances avec les Amérindiens et la combativité de ses colons que sur un réel soutien de la part de la métropole.

Lors des trois premières années de guerre, la France et ses alliés rencontrent une série de victoires. Louis XV en commémoration de ces exploits fera frapper à Paris, en 1758, une médaille.

monnayage_colonial_francais_image32

Dès 1754, la panique gagne les colonies britanniques. Charles Lawrence discute avec William Shirley, gouverneur du Massachusetts, de la possibilité de remplacer les Acadiens par des colons anglo-américains. En juin, il rencontre des délégués acadiens et exige d’eux un serment d’allégeance inconditionnel envers le roi d’Angleterre.

Les Acadiens refusent. En juin 1755, Lawrence ordonne aux commandants d’attirer les hommes français de leurs districts respectifs, dans les ports, de les y arrêter et de les y détenir. Des navires viennent les chercher pendant que d’autres troupes vont arrêter les femmes et les enfants chez eux. Les déportés sont divisés par groupes, puis embarqués sur les navires. En tout, de 10 000 à 15 000 Acadiens seront déportés. Seul 20 % environ de la population d’Acadie a pu s’échapper au Québec.

La déportation des Acadiens9 constitue une opération de nettoyage ethnique de grande envergure, compte tenu de la démographie de l’époque.

Mais le conflit ne tarde pas à prendre une ampleur inattendue du fait de l’intensification des opérations en Europe et de la volonté, de la part de Londres, d’éliminer définitivement la présence française en Amérique du Nord. Ainsi, à la suite de l’envoi d’un fort contingent armé britannique dans les colonies en 1758, d’un manque de motivation français de défendre efficacement ses possessions, du blocus imposé par la Royal Navy (qui s’impose progressivement en maîtresse des mers) aux ports français, et aussi du fait d’une intensification des opérations militaires de la France en Europe, la guerre finit par tourner à l’avantage des Anglais qui peuvent, en 1759, envahir la Nouvelle-France.

Le siège le plus impressionnant10 est celui de sa capitale Québec en 1759. Il dure plus de trois mois. Le général, Louis Joseph de Montcalm-Gozon, marquis de Saint-Véran (dit de Montcalm), soutient le siège de la ville de Québec pendant ces trois mois avant d’être mortellement blessé lors de la bataille des plaines d’Abraham. Québec tombe aux mains des Britanniques en septembre 1759.

monnayage_colonial_francais_image33

La prise de Montréal, en 1760, met fin à la guerre en Amérique et consacre la victoire écrasante de l’Empire britannique sur son concurrent le plus menaçant jusqu’alors. Le territoire français est attribué aux Britanniques en 1763 lors du traité de Paris, à l’exception des îles SaintPierre-et-Miquelon, près de Terre-Neuve.

Pour illustrer sa victoire la Grande-Bretagne fait frapper à Londres, en 1759, une médaille commémorative.

monnayage_colonial_francais_image34

Par le traité de Paris qui amène à la fin du conflit en 1763, la France cède l’ensemble de son empire colonial américain.

Voulant ménager leurs alliés indiens, les Britanniques décident de fixer la limite occidentale de leurs colonies aux Appalaches. Tous les territoires à l’ouest sont déclarés indiens.

Mais la prise de contrôle de la Nouvelle-France par les Britanniques a conduit à une alliance (Front commun amérindien) entre 13 nations amérindiennes : les Outaouais, les Ojibwés, les Potawatomis, les Hurons-Wendat, les Miamis, les Weas, les Kickapous, les Mascoutins, les Piankashaw, les Delawares, les Shawnees, les Mingos et les Sénécas.

Dix de celles-ci avaient été alliés de la France lors des quatre conflits tandis que les Sénécas avaient jusque-là été du côté britannique.

La rébellion du chef ouataouais Pontiac11 commença le 7 mai 1763 en tant que prolongement immédiat de la guerre de Conquête (quatrième conflit) dans le but de chasser les Britanniques hors de l’ex-Nouvelle-France.

Le traité de paix entre les Amérindiens et les Britanniques fut signé le 25 juillet 1766, au détriment des Amérindiens.

En 1774, l’Acte de Québec agrandit le territoire de la province de Québec, qui devient désormais un vaste territoire qui longe la vallée du fleuve Saint-Laurent de Terre-Neuve aux Grands Lacs, le pourtour de ceux-ci ainsi que la vallée de l’Ohio (partie nord de la « Réserve indienne » de 1763). Il donne l’impression d’attribuer un large territoire aux Amérindiens afin d’arrêter une éventuelle rébellion de leur part.

Ces mesures mécontentent les colons américains qui sont obligés de posséder une autorisation spéciale de leur gouverneur pour s’aventurer à l’ouest des Appalaches et s’y établir.

Bien que passée sous domination anglaise, la Nouvelle-France laisse un héritage français incontestable.

Certains noms français de villes sont restés : Bâton-Rouge, La Nouvelle Orléans, Montréal…et les descendants des premiers colons sont toujours présents : Acadiens, Brayons, Cadiens, Québécois francophones dont l’appellation ancienne est Canadiens français, Créoles louisianais et Métis12, faisant perdurer avec panache en territoire anglophone, la langue, les mœurs, les coutumes et la culture françaises.

En 2008 et 2009, pour commémorer ces fascinantes monnaies de carte de la Nouvelle-France, la Monnaie Royale Canadienne fabrique des reproductions métalliques, en argent, d’une valeur faciale de 15$ canadiens. Ces « pièces » rectangulaires montrent un valet et un roi de cœur, une dame et un dix de pique. Elles portent la mention de G. DE PARIS, maître cartier qui les avait fabriquées à l’origine. Les coins de la carte de 10 de pique ont été coupés.

Le tirage est de 25000 exemplaires numérotés pour chacune délivrés avec un certificat de garantie. (Composition : 92 ,5% d’argent et 7,5% de cuivre ; poids : 31,56g ; dimensions : 49,8 x 28,6 mm ; tranche lissée, fini : épreuve numismatique avec couleur au revers et placage or sur la tranche ; artistes : Henri Beau pour le revers et Susanna Blunt pour l’avers).

monnayage_colonial_francais_image35

monnayage_colonial_francais_image36

Remerciements à Claude Bélanger, historien au Québec de la colonisation en Nouvelle-France, à Georges Depeyrot, directeur de recherches au CNRS de Paris, ainsi qu’à la Banque du Canada.

1 Lors du traité de Tordesillas (en Castille, Espagne) – traité international établi le 7 juin 1494 pour établir le partage du Nouveau Monde, considéré comme terra nullius, entre les deux puissances coloniales émergentes, l’Espagne et le Portugal – la France avait été exclue. François Ier mécontent demande à voir la clause qui l’exclut de ce partage et fait armer une flotte qu’il envoie en Amérique du Nord.

2 Le marchand protestant Pierre Dugua de Mons obtient un monopole de dix ans sous conditions d’établir plusieurs colons.

3 Cabane sur pilotis pour faire sécher la morue.

4  Fernand-Michel. 18 ans chez les sauvages : voyages et missions de Mgr Henry Faraud. [S.I.] : S.R. Pub., 1866

5 Des monnaies de carte sont également utilisées en Guyane néerlandaise et en France métropolitaine durant la période révolutionnaire.

6  La traite définit un effet de commerce par lequel un créancier, appelé le tireur, invite un débiteur, appelé le tiré, à effectuer le paiement d’une somme d’argent à une date déterminée à une troisième personne, le bénéficiaire. Ce terme regroupe d’une façon très large l’ensemble des effets de commerce, la traite constitue donc un moyen de paiement qui peut prendre le nom de lettre de change lorsqu’elle est émise par un créancier, ou de billet à ordre lorsqu’elle relève de l’initiative du débiteur.

7 Actuellement, il existe toujours des Rangers. Ils font partie de la réserve de l’Armée canadienne et garantissent une présence militaire dans les régions isolées du Canada comme le Nord canadien et le long des côtes. Ils ont pour mission d’observer et de signaler des activités inhabituelles.Les Rangers canadiens proviennent en grande majorité des nations amérindiennes du Nord. Le mot anglais ranger veut dire garde champêtre. Le mot peut désigner des gardes forestiers, des policiers ou des militaires.

8 Futur premier président des États-Unis, alors jeune officier dans la milice de Virginie, troupe d’auxiliaires coloniaux britanniques.

9 Cette déportation des Acadiens, une partie du Grand Dérangement (période de l’histoire de l’Acadie de 1749 à 1780, voire même 1820), est une expression utilisée pour désigner l’expropriation massive et la déportation des Acadiens, peuple francophone d’Amérique, lors de la prise de possession, par les Britanniques, d’une partie des anciennes colonies françaises en Amérique.

10 Les habitants de Québec vivent dans la famine, la peur et l’incertitude. Les soldats britanniques profitent de leur force pour faire main basse sur les femmes, les enfants et le bétail qui n’ont pu se réfugier à temps dans les bois. Dans certains villages, comme à Saint-François-du-Lac, Portneuf et Saint-Joachim, massacres et scalps sont aussi pratiqués par les troupes britanniques.

11 Le chef ouataouais, originaire de la région de Détroit, inspira le nom de la célèbre voiture américaine Pontiac, créée par la société Général Motors.

12 Enfant ayant un parent européen et un autre amérindien